Skip to main content

Les coulisses de l'exposition lumière : zoom sur les ateliers participatifs

Donner une approche pragmatique des phénomènes liés à la lumière grâce à des animations participatives

Certains d'entre vous ont peut-être déjà franchi les portes de l’espace EDF Bazacle pour se rendre à l'exposition « Lumière : faites l'expérience ! » ?
Si ce n'est pas le cas je vous invite fortement à venir me rendre visite là-bas où je me ferai une joie de vous accueillir ! :)

image

Pour ceux qui en revanche ont déjà eu la chance de s’y rendre, vous avez sans doute pu y découvrir et y tester de multiples dispositifs interactifs.
Tout ceci a été pensé et mis en œuvre de sorte à inciter le visiteur à pratiquer la science pour mieux comprendre les secrets qu'elle recèle. 

Concrètement, en lui offrant l’occasion de tester la technique du lightpainting, de manipuler l’OpticLab (un dispositif numérique étonnant élaboré par l’équipe de l’Espace des Sciences) ou encore de faire un petit détour par une véritable chambre noire, on pousse le visiteur à toucher directement aux concepts et aux applications lumineuses. 

image

En effet, ne retenons-nous pas mieux une information si celle-ci émane de notre propre observation ? C’est de ce constat que nous sommes partis à Science Animation pour l’élaboration de cette exposition.

[[MORE]]

Les dispositifs visent à susciter l'engouement, les interrogations, la réflexion et enfin la compréhension, l'entendement. Autant d’occasions de devenir autodidacte des sciences.

Ce choix de médiations se retrouve dans d'autres expositions et projets menés par Science Animation, tels que les expositions “Changements climatiques : comment sait t-on ce que l’on sait ?”  ou encore “Et si la plante idéale existait ?” ainsi que les fablabs et les ateliers Inmédiats par exemple.
Toutefois, si ces méthodes continuent de faire leurs preuves, elles ne substituent pas, selon moi, la présence d'un médiateur renseigné au sein de l'exposition ( peu surprenant venant d'une médiatrice me direz-vous... ;) ).

Je profiterai donc de ce billet de blog pour vous relater la façon dont j’ai élaboré les ateliers participatifs qui viennent compléter cette exposition.

Prêts ? On y va !

image

Science Animation est actuellement dans une dynamique de rapprocher les jeunes de la science. Les ateliers s’adressent donc aux classes allant de la primaire au bac+2. Bien que ces derniers y voient souvent un “terrain de jeu” propice à l’amusement, ils offrent avant tout une approche pragmatique des phénomènes liés à la lumière.

Il est vrai que chacun de nous diffère dans son approche expérimentale. Rien ne vaut donc un médiateur consciencieux qui s’adapte à tout public. J'aborde donc avec eux les sujets en profondeur pendant environ 40 minutes, et ce dans une dynamique collective.

La conception de l'exposition a duré trois mois, autant vous dire que l'heure n'était pas à la contemplation... !

Une fois l’inauguration passée, il me restait tout pile deux semaines pour achever les animations à peine entamées... Oups, petite montée de stress !

image

Cela dit, j'avais la chance d’être fort inspirée : l'élément lumière inonde notre quotidien et se retrouve dans bon nombre de disciplines (optique, biologie, physique quantique, astronomie, art et technologies)... Un avantage non négligeable pour trouver des anecdotes parlantes et maintenir l'attention de mes auditeurs.

Évidemment, le programme scolaire étant mon fil conducteur, je remercie les enseignants qui m'ont aiguillée dans cette démarche et permis d’éviter les redondances avec le travail effectué en classe. Selon moi, le discours d'un médiateur doit s'affranchir du discours scolaire pour clarifier les incohérences et favoriser ainsi un apprentissage ludique.
Sans distinction d’âge, mais avec du temps et un niveau de langage adapté, j'estime que l'on peut tout faire entendre/comprendre à qui veut bien écouter.

image

Pour dynamiser l'animation, j'ai ponctué mon discours de questions ouvertes : cet exercice très simple a pour vocation d'impliquer directement les élèves, stimulant curiosité et créativité. A partir de là, émergent des tas d'« hypothèses », certes plus ou moins crédibles... Mais n'est ce pas là l'un des fondements de la science ?

Rapidement, les animations se sont enrichies suite aux premiers essais. Il est en effet très facile de se rendre compte de ce qui marque le plus les esprits.

J'ai eu la chance d’interagir avec des filières éclectiques (métier de la mode, sciences  électrotechniques, artistiques, opticiens...) ce qui m'a permis d'élargir mon champ culturel et de moduler mes prestations au gré des centres d'intérêt de mes interlocuteurs.

image

image

Avant de clôturer ce billet, et pour ne pas vous laisser sur votre faim, voici un détail des ateliers finaux destinés au scolaires :

Cet atelier est destiné à faire comprendre aux enfants certains phénomènes tels que la formation des ombres, les ombres chinoises, l'éclipse ou encore la couleur des ombres.

Les enfants observent des images et doivent deviner en quoi la lumière du soleil est vitale pour nous. Puis, ils déterminent les adaptations à la vie sans soleil de ces étranges créatures que sont les animaux cavernicoles et abyssaux. J'en profite ainsi pour les initier à la notion de sélection naturelle. Enfin, ils ont pour mission de dessiner leur propre animal adapté à la vie sans soleil.

Je débute en général cet atelier par un éclairage théorique sur la notion de couleur introduite par les découvertes de Newton au XVII siècle. L’histoire des sciences est un thème qu’il est important d’aborder en animation.

L’animation se poursuit par des activités : les élèves doivent attribuer des phénomènes optiques à divers objets (exemple : le miroir et le phénomène de réflexion). Puis ils doivent deviner les mélanges à faire pour créer de nouvelles couleur via la synthèse additive et soustractive.

image

A l'aide d'une maquette d’œil démontable, les élèves s'attardent sur la fonction de chaque partie. C'est l'occasion de discuter sur la perception et l'existence des couleurs. S'en suit une réflexion plus originale face aux illusions d'optiques et aux visions animales.

Grâce au LAAS, nous bénéficions encore et toujours de la célèbre harpe laser. C'est effectivement un outil de médiation idéal pour aborder les spécificités du laser et ses applications. Les élèves comparent aussi le laser et une source de lumière ordinaire.

image

J'en profite pour remercier M.Pitou et le CNRS de Grenoble pour le prêt de la Planeterrella, un dispositif capable de produire artificiellement des aurores polaires. Imaginez mon enthousiasme quand j’ai découvert cet outil... C'est l'occasion parfaite d'initier en douceur à l'astronomie et la physique quantique !

Planeterellla © Matthieu Senet
Planeterellla © Matthieu Senet

Pour finir, je profite de ce billet pour remercier Science Animation et les enseignants du comité scientifiques de m'avoir fait confiance et permis de vivre passionnément cette expérience professionnelle !

L’expo “Lumière, faites l’expérience !” c’est jusqu’au 7 juin... Dépêchez-vous ! :)

Sarah Debaud / Médiatrice chez Science Animation.

Pour plus d’informations : sarah.scienceanim@gmail.com

back to top

Science Animation

Science Animation développe et anime des lieux, des événements, des communautés et des projets pour rendre accessibles à tous les sciences, les techniques et les innovations. Elle est associée à sept autres structures culturelles, reparties sur toute la région afin de mailler le territoire, formant ensemble le "Groupe Science Animation".

The 8 group's associations

  • Science en Tarn
  • Science en Aveyron
  • Pyrènes Science
  • Science en Bigorre
  • Science Animation
Science Animation
39 allée Jules Guesde
Au Quai des savoirs — second floor
31000 Toulouse
Tel. +0033 (0)5 61 00 00 00
Contact us