Skip to main content

J’ai testé… Me glisser dans la peau d’une archéologue !

Mais comment me direz-vous ? En me repassant l’intégrale des Indiana Jones d’un seul trait à l’occasion d’un dimanche pluvieux de mars ?

Non, non, non bien mieux ! Moi je vous parle d’une véritable expérience immersive, d’une épreuve grandeur nature pour apprendre à devenir un vrai scientifique de l’histoire. Je parle bien évidement de l’exposition « Archéo. Une expo à creuser ! » qui se tient en ce moment même au musée Saint-Raymond à Toulouse.

Après avoir assisté au lancement de sa conception, avoir eu vent de certaines anecdotes de l’équipe, assister à son inauguration et même, couvert son ouverture en avant-première pour les mamans blogeuses Toulousaines, le temps est venu de me dire « Et moi, quand est ce que j’ai le droit de jouer aux archéologues aussi… ??! »

Qu’à cela ne tienne, je saute dans un métro direction le musée Saint Raymond !

Quelques stations plus tard, me voici sur les lieux, prête à mettre les mains dans la terre.

Arrivée dans le hall, avant même d’entrer dans la salle ou se tient l’exposition quelque chose m’interpelle. Dites, si je vous dis musée, quel type d’atmosphère imaginez-vous ? Personnellement, j’imagine un lieu calme, apaisant, ou seul le bruit de vos pas sur le carrelage du hall viennent s’ajouter aux voix chuchotées à distance … Okay je suis un peu dans les clichés certes, mais dans tous les cas je m’attendais à tout sauf… à des bruits de chantier !

« Heu… Vous faite des travaux en ce moment au musée Saint Raymond ? » allais-je demander à la vendeuse de la boutique, avant que je ne m’aperçoive que ces bruits proviennent de l’exposition elle-même !

Mise en ambiance assurée ! Et encore, ce n’est que le début … !

Allez c’est parti je me lance !!

Hop, pas si vite ! Et oui, on ne rentre pas dans une zone de chantier comme on va au marché…

En bonne élève que je suis je m’équipe donc d’un des gilets de sécurité mis à disposition des visiteurs, je veille à bien lire toutes les consignes de sécurité et surtout je glisse mon formulaire « Archéopass » dans la poche :-)

Archéo quoi ? Archéopass ! C’est là que je vais pouvoir noter tous les points que j’ai cumulé en passant les différentes épreuves de l’exposition.

"Points" ? "Epreuves" ? Mais c’est quoi ce truc, c’est une exposition ou un examen ??

Pas de panique, les points cumulés, symbolisés par des petites truelles tamponnées sur l’archéopass ne sont que là pour donner un petit air de défi au parcours de l’exposition.

Et puis, il parait que plus on cumule de petites truelles sur son Archéopass, plus on a de chance d’obtenir le badge officiel d’un archéologue hihi #excitée ^^ ;-)

Oh et puis après tout, un peu de challenge n’a jamais fait de mal à personne ;-)

Je déclare officiellement la quête du badge d’archéologue ouverte … !

Un couloir s’ouvre alors grand devant moi. Même pas peur, je me lance dans ma quête ! Mais…mais…il est bizarre ce sol… Il est pas palpable ? Non, ce n’est pas ça, mais il bouge quand on marche dessus !

Mais si je vous jure, la preuve en images :

Ce n'est pas la mer mais le sol qui « s’ouvre » littéralement sous mes pieds et c’est un véritable espace en cour de fouille qui apparaît alors…

[Effet provoqué chez moi « Whaaaouuuu….. C’est diiiingue…. »]

J’avance, je recule, je pose le pied, je lève le pied, je fais des claquettes… Bref je passe plusieurs minutes à piétiner ce sol sous le regard amusé de la gardienne du musée. Hm, je reprends mon sérieux et me rappelle que je suis investie d’une mission bien précise : celle de récupérer mon badge d’archéologue !

Mais que vois-je ? De la lumière semblent sortir de petits trous percés dans la palissade à côté de moi. Je glisse un œil, je découvre des vidéos d’archéologues en plein travail, scrutant scrupuleusement des sols terreux à l’aide de brosses et autres truelles. Oh, mes futurs collègues ! Vous inquiétez pas les gars, j’arrive ^^

Je me retrouve alors face à un panneau explicatif lumineux abordant les notions de périodes historiques.

Intriguant ce panneau non ? Il faut appuyer sur des boutons pour en éclairer les différentes parties et accéder ainsi au contenu.

Les informations fournies sont en effet classées par niveaux de complexité, et ce toujours à l’aide du même système de classement : j’ai nommé le système truelle ^^. C'est simple :

                Une truelle = Info simple

                Deux truelles = Info un peu plus poussée

                Trois truelles = Info encore un peu plus poussée ^^

Une information qui apparaît donc littéralement par « couche » et fait ainsi référence à l’un des phénomènes clés de l’archéologie : celui de l’entassement.

Décidément, tout est pensé pour (se) creuser dans cette expo :-)

A côté du panneau, des manipulations pour mettre en pratique la théorie. Ici, un jeu avec des figurines que je dois replacer dans le bon ordre à l’échelle du temps.

Cette fois-ci un système lumineux :

Rouge --> :-(

Vert --> :-)


Hmmm et celui-ci où va t-il... ?

C’est ainsi que je découvre que l’ensemble de l’exposition est divisé en différentes zones regroupant chacune des savoirs théoriques, classés par ordre de complexité, et des manipulations pratiques.

Comment ça, vous croyez que je me suis jetée sur la pratique sans prendre le temps de lire et d’assimiler la théorie ? Ça serait mal me connaître ;-) Heureusement, je peux toujours faire demi-tour pour espérer réussir la pratique !

En parlant de faire demi-tour, je me suis pas assez attardée sur cette étrange vitrine qui siège au milieu de ce premier espace…

Une vitrine à étages présentant des scènes de chaque époque figurées par des playmobils, quoi de mieux pour expliquer la notion de couches archéologiques ? Personnellement, je suis conquise par cette vitrine que je scrute comme une enfant émerveillée.

Je continu mon parcours et je tombe sur... un os ? Non, pas encore ^^ Sur une manipulation abordant la question du pillage dans les fouilles archéologiques.

Cette activité permet notamment de prendre pleinement conscience de l’apport que peuvent avoir certains objets (tels qu’un bijou ou une pièce de monnaie) dans la datation d’une tombe.

Face à moi, deux photos d’une même tombe : la première est intacte, la seconde pillée. Je dois déduire des photographies des informations concernant l’individu trouvé (sexe, époque, etc.).

Je m'aperçois alors que les éléments manquants sur la première photo empêchent le recueillement de précieuses informations sur le squelette.

Conclusion : pillage = destruction d'informations précieuses pour l'archéologue.

[Information qui m’a le plus interpellée à cette étape du parcours : la destruction d’un site archéologique est passible de 7 ans de prison... gloup ! :-/ ]

Me voilà face au dispositif phare de l'exposition : Le chantier de fouille.

Un bac de fouille XXL dans lequel le visiteur peut s'exercer à une véritable fouille archéologique.

Et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'autour de lui... ça s'agite ! Je découvre en effet plein de petits archéologues en herbe qui s'affairent autour de ce dispositif. N'osant pas perturber la grande concentration de ces derniers, je me contente de suivre à distance l'animation menée d'une main de maître par Christophe, médiateur au musée Saint-Raymond.

Après avoir choisi les outils à utiliser, l'heure est venue pour eux de fouiller. Chacun fouille la zone qui lui est attribuée et évacue les sédiments grâce à sa balayette et sa pelle.

Un nouvel espace s’ouvre à moi. Sol blanc et grande fenêtre laissant la lumière naturelle envahir l’espace, cette zone a des allures de laboratoire. Et pour cause, c’est le lieu dédié à l’étude et à l’analyse des objets collectés. Ici, le terrain de travail n’est plus un bac de fouille mais de petits bureaux blanc. On troque donc la pelle et la truelle pour la règle, le crayon ou encore le mètre. A nouveau, le spectacle qui s'offre à moi est tout à fait passionnant.

Que fait donc cette petite fille avec ce morceau de poterie ? J’apprends qu’elle fait de la céramologie, c’est-à-dire l’étude d’objets en terre cuite.

Et ces garçons avec cet os … ?

Ils étudient des restes humains en faisant de l’archéo-anthropologie.

La numismatique,  la carpologie, l’archéozoologie… Autant de disciplines scientifiques que propose d’expérimenter ce laboratoire plus vrai que nature !

J’approche de la sortie. Que reste t-il à faire ? Résumons :

Mais alors, que peut t-il bien rester à faire ? C’est fini la non ? On remballe la brosse et on quitte le chantier ?

… et non ! Une dernière zone m’attend, une petite tente de chantier siège en effet juste avant la sortie, c’est l’espace dédié à la valorisation de toutes ces belles trouvailles.

J’étais loin de me douter que dans cette ultime espace résidait une activité numérique qui absorberait toute mon attention durant plusieurs heures encore…

Une manipulation qui propose de restaurer un vase grec numérisé en 3D et cassé en plusieurs fragments --> Pas si simple à réaliser… !!

Le grand moment est venu.

Je marche vers le jury, ou plutôt la borne informatique. Il me demande de rentrer le nombre de points cumulés. Je ne peux plus reculer, je m’exécute. J’appuie sur entrée, et là le verdict tombe…

Bon okay ce n’est pas le badge d’un archéologue expert, seulement celui d'un apprenti… Mais pour ma défense, je n’ai pas pu faire toutes activités :p Moi mauvaise joueuse ? Non jamais… ;-)

Quoi qu'il en soit, je repars conquise par ma visite et je ne désespère pas de passer un jour experte... Car oui, "Archéo. Une expo à creuser !" c'est encore jusqu'au 25 septembre au musée Saint-Raymond, ce qui me laisse le temps d'y retourner et de me perfectionner :)

#expoarchéo

Estelle Frayssinous, chargée de projets éditoriaux en ligne.

back to top

Science Animation

Science Animation développe et anime des lieux, des événements, des communautés et des projets pour rendre accessibles à tous les sciences, les techniques et les innovations. Elle est associée à sept autres structures culturelles, reparties sur toute la région afin de mailler le territoire, formant ensemble le "Groupe Science Animation".

The 8 group's associations

  • Science en Tarn
  • Science en Aveyron
  • Pyrènes Science
  • Science en Bigorre
  • Science Animation
Science Animation
39 allée Jules Guesde
Au Quai des savoirs — second floor
31000 Toulouse
Tel. +0033 (0)5 61 00 00 00
Contact us