Skip to main content

Penser un dispositif immersif pour une exposition

Première phase de conception de l'exposition Garonne

« Travailler sur une exposition ? Pourquoi pas. Scientifique ? Tant qu’on y est ».  Une grande première pour Nikita, étudiante en Master création numérique, qui nous a rejoints en février pour un stage. Son défi ? Imaginer des dispositifs immersifs pour notre prochaine exposition sur le thème de la Garonne qui se tiendra de mi-juin à mi-septembre à l'Espace EDF Bazacle de Toulouse.

Début janvier, accompagnée d'une camarade de classe, je viens présenter à Science Animation un projet de scénographie que nous avons imaginé, en vue des prochaines portes ouvertes de ma formation à l'Université Jean Jaurès de Toulouse.

De manière hasardeuse, je profite de cette rencontre pour parler d'un dispositif interactif et immersif que je souhaite réaliser pour un autre de mes projets d'études. Et tiens, voilà que mon idée semble susciter l'intérêt du directeur Johan Langot... Match, le voilà à me proposer un stage pour contribuer à une exposition sur le thème de la Garonne.


 

Est-ce que j’avais déjà fait cela avant ? Absolument pas ! Mais après des études en art et une bifurcation dans la création numérique, je crois que la polyvalence est devenue l'une de mes compétences. Et puis quoi de plus stimulant que de relever des défis !

Nikita, votre mission si vous l'acceptez : « Venir appuyer l'équipe projet pour envisager des thèmes, des contenus, des manipulations, une scénographie autour de la Garonne ? Et développer ton dispositif interactif et immersif pour l'intégrer dans l’exposition. »

Mission acceptée, je rejoins Science Animation dès février avec un challenge de taille à relever !

Pour m'accompagner : Sarah et Alexandre, experts dans le domaine de la médiation scientifique et la réalisation d’expositions ! Lionel est aussi là pour m’épauler pour la partie technique du développement d’un dispositif de cette envergure. Grâce à ce projet, je touche à la fois au contenu, à la scénographie et à la technique ! Polyvalente donc, et je m'aperçois rapidement que c'est une qualité récurrente dans les rangs de Science Animation.

Phase de veille, ou comment commencer par le commencement

Premier brief avec Johan sur les enjeux, les attentes et les contenus de l'exposition, je me lance dans les premières recherches... Ce que j'ai en poche : le sujet de l’exposition, les grands thèmes qui doivent apparaître et un petit détail non négligeable : un dispositif immersif et interactif à creer.

Première chose à faire : se renseigner sur ce qui existe déjà autour du sujet ! En bref, faire de la veille. Est-ce que des expositions sur la Garonne existent ? Si oui, les analyser pour ne pas reproduire les mêmes choses. Qu’est-ce qui a été fait comme exposition sur la thématique de l'eau ? Extraire de cette veille les scénographies déjà existantes sur le thème de l'eau. Et enfin, prendre connaissance des dispositifs qui pourraient paraître similaires, pour ne pas faire de pâle copie sans le savoir !

De ces premières recherches, je commence à entrapercevoir l’identité graphique que l’on pourrait donner à l’exposition. L’aquarelle me semble assez représentative de l’eau et pourra donner un aspect poétique et artistique à l’exposition. 

Passons aux sources ! Associations, agences, conseil régional, syndicats… Les possibilités sont nombreuses et on envisage plusieurs partenariats. Nous ne tardons pas non plus à nous documenter largement dans les bibliothèques toulousaines pour trouver des livres, illustrations, récits sur la Garonne et les thèmes qu’elle implique (fleuve, faune, flore, barrages, aménagements…).  
 

Phase d'idéation, place à l'imagination 

Les idées sont plus claires, l’exposition devient plus concrète. Avec l’équipe, nous échangeons sur nos résultats de recherche. Sarah, Alexandre, Johan, mais aussi William (qui s’occupe de la scénographie du Bazacle). Cette première réunion permet de se répartir les tâches, de fixer le contenu et la scénographie.

Il s’agit maintenant de rendre l’exposition divertissante, mais aussi ludique. On conceptualise des dispositifs interactifs ou simplement ludiques. On discute, cherche, s’informe, apprend, imagine, gribouille, envisage, et finalement on se projette… Le projet se clarifie ; on entrevoit une idée générale et un scénario se met en place. 

   

Une conception interactive...  

Cette exposition se veut donc interactive.  Des sources au cœur de la montagne pyrénéenne espagnole à l’embouchure bordelaise, c'est une véritable  « balade » parsemée de rencontres, de jeux ludiques, d’immersion et de questionnements, d’anecdotes et d’images insolites qui sera proposée au visiteur ! L'espace EDF Bazacle, indissociable de la Garonne, deviendra encore davantage un lieu d’expérience autour du fleuve. 

... avec un dispositif original et immersif 

Le dispositif immersif et interactif que j'avais présenté à Johan, il y a de ça quelques semaines, sera donc intégré à la scénographie de l'exposition. L’idée était déjà là, mais il fallait encore reconsidérer beaucoup d'éléments maintenant que la scénographie de l'exposition est fixée pour garantir sa faisabilité. Heureusement, Lionel me fait poser les bonnes questions ! 

Le dispositif interactif permet de s’immerger dans la Garonne et de pouvoir agir sur celle-ci. En effet, le visiteur peut influer sur la vitesse de lecture du film selon sa position dans l’espace. L’installation permet une vision globale de la Garonne, sous ses différents aspects. Le visiteur qui devient donc acteur de son expérience pourra se questionner sur l'influence qu'il peut avoir sur le fleuve et son devenir.

Le film projeté propose de parcourir la Garonne de la source jusqu’à l’estuaire avec différents points de vue : au ras de l’eau, sous l’eau, en drone ainsi que des vues en satellites.

Pour ce faire, des ressources sont nécessaires : trois vidéoprojecteurs, quatre enceintes pour créer une spatialisation sonore, trois écrans de rétroprojections, une carte vidéo, une carte son, un ordinateur où tous les éléments seront reliés et une Kinect pour capter la position du visiteur dans l’espace. Et enfin des logiciels pour créer l’interaction film/visiteur, réaliser le film et le son.  

Vous avez le topo ! On se doute bien que la réalisation devra être au point pour pouvoir créer une interactivité qui fonctionne correctement. Pour cela, pas de secret, le test reste notre meilleure arme ! Du choix du logiciel à utiliser, à l'appareil à captation de mouvements à envisager, aux matériels à sélectionner et aux distances nécessaires à prévoir, au final, il est nécessaire d'anticiper tous les scénarios possibles pour ne pas avoir de surprise le jour de l’installation. 
 

To be continued… 

Fin de stage imminent, je ne pourrai finalement que participer de loin à la réalisation finale de l'exposition. Malgré cela, cette expérience m'aura permis de m’exprimer à travers différents domaines, notamment au niveau de la conception de dispositifs interactifs et ludiques, de la recherche de contenu, de la scénographie, de l’illustration… Et le plus important, je suis devenue incollable sur la Garonne et sa biodiversité et ça, ça n'a pas de prix ;) ! 
 

Nikita Fraysse nous a rejoins en tant que stagiaire de février à fin mars. Si vous voulez en savoir plus sur ses projets, rendez-vous sur son site.
 

En voir plus : 

back to top

Science Animation

Science Animation développe et anime des lieux, des événements, des communautés et des projets pour rendre accessibles à tous les sciences, les techniques et les innovations. Elle est associée à sept autres structures culturelles, reparties sur toute la région afin de mailler le territoire, formant ensemble le "Groupe Science Animation".

The 8 group's associations

  • Science en Tarn
  • Science en Aveyron
  • Pyrènes Science
  • Science en Bigorre
  • Science Animation
Science Animation
39 allée Jules Guesde
Au Quai des savoirs — second floor
31000 Toulouse
Tel. +0033 (0)5 61 00 00 00
Contact us