Aller au contenu principal

Chamboulement sensoriel au salon SISQA

Reportage sur l'espace Expériences Sensorielles

Mercredi 16 novembre. Il est 14h, je suis concentrée sur la mise en forme du dossier de présentation du Propulseur et je suis en train de me battre avec Indesign qui n’en fait qu’à sa tête. Et là, une douce voix me sort de mon bras de fer avec le logiciel.

Audrey - "Jessica..."

Au son de sa voix, je sens qu’elle essaie de m’amadouer.

"Oui…

- Ça te dirait d’écrire un reportage sur « Les Expériences Sensorielles » du SISQA pour le site de Science Animation ?"

Elle sait très bien que non ! Que je n’aime pas écrire et que je préfère être sur le terrain.

"Heuuuu… non !
 

GIFSoup
 

Je vous passe le long argumentaire de chacune et je finis par accepter parce qu’il faut bien se lancer un jour… et aussi parce que j’aime beaucoup Audrey ;-)

Vendredi 9 décembre 2016, 14h.

Donc on y est ! Je me tiens à l’entrée du hall coloré de 2 300 m² des Expériences Sensorielles (anciennement « Parcours des Sens ») que Science Animation coordonne depuis plusieurs années à l’occasion du SISQA : le Salon de la Qualité Alimentaire organisé par la Région Occitanie - Pyrénées/Méditerranée au Parc des Expositions de Toulouse.

J’ai souvent eu l’occasion de venir en aide au montage de l’espace, mais au final, depuis 6 ans passés à Science Animation, j’ai rarement eu le temps de m’essayer aux différentes animations proposées.
Avant de commencer, je décide de faire un tour de reconnaissance. Je prends le pouls, l’ambiance et bonne. Petits et grands s’amusent et les activités sont aussi diverses que variées. Le fil conducteur, c’est l’exploration des sens ! Et l'ambiance cette année sera maritime...


 

Un stand avec de grands vases et des cloches transparentes a particulièrement attiré mon attention... Je décide de tester.

 

Mission Olor II, pour mettre à rude épreuve son odorat

Accueillie sur le ponton du port SISQA par des membres de la mission Olor II (joués par les étudiants de l’École Nationale Supérieure Agronomique de Toulouse), on m’explique que des navires se sont entrechoqués et que les cargaisons se sont mélangées. Les odeurs ne correspondent plus aux produits exposés dans les grands vases.  

En tant que nouveau membre de la team coquillage (j’ai préféré celle-ci à l'équipe poulpe ou cormoran…), ma mission est de remettre de l’ordre dans tout ce fouillis avec pour seule aide… mon odorat !
Mission acceptée !

Les points gagnés viendront s’ajouter à ceux déjà cumulés par les équipes coquillages précédentes.

Avec ma coéquipière Dédé, nous aiguisons nos narines et respirons une à une les odeurs des bornes en prenant soin, en fines stratèges que nous sommes, de bien attendre 15 secondes entre chaque odeur afin de ne pas envoyer de message erroné à notre cerveau. Si nous voulons gagner rapidement (nous nous sommes rajoutées une difficulté de temps avec la team poulpe qui a commencé en même temps que nous), il vaut mieux attendre un peu plutôt que de retourner plusieurs fois sur chaque odeur… Et cette technique a payé puisque nous avons retrouvé avec succès les odeurs de champignon, de café grillé, de chocolat et de tabac. Bon, j’avoue, une autre team coquillage nous a légèrement soufflé la réponse pour l’odeur de tabac. Résultat : 5 points de plus pour la team coquillage !


 

Retour sur expérience : Certaines odeurs sont évidentes, d’autres beaucoup moins. On se rend bien compte que la vue est un sens complémentaire à celui de l’odorat !

Une sonnerie de minuteur arrive à mes oreilles. Il y a de l’effervescence sur le stand voisin. Je vais voir de plus près ce qu’il s’y passe.
 

TOP RESTO, ou comment imaginer son resto idéal en 20 minutes !

Me voici maintenant sur TOP RESTO. Cette animation prend la forme d’un atelier de créativité où Sarah, l’animatrice, nous propose d’imaginer notre restaurant idéal en 20 minutes chrono. « Resto idéal  » ? Et là je me dis « cool » ! Moi qui adore les robes de princesses, les bijoux et les coiffures de stars (ne me cataloguez pas… je ne suis pas que superficielle), je vais pouvoir me faire plaisir sur un concept totalement inédit et plein de paillettes. Heu… sauf que je n’ai pas écouté la suite et qu’il y a tout de même un cadre. Nous jouons en équipe et nous devons tirer 2 cartes idées à l’aveugle pour orienter notre concept de restaurant. Première carte : « Astronomie ». Ok, là je le sens mal, je crains la suite. Deuxième carte : « Magie ». Ah, ça commence à aller mieux. Les deux ne sont pas incompatibles. Je préfère ça aux cartes « gluant » et « fabrication » de l’équipe d’à côté.
Maintenant il ne reste plus qu’à remplir les cases de la fiche idée que Sarah nous a fournie afin de formaliser nos idées.
On respire un bon coup et on lance le minuteur !

Nom du restaurant : L’expérience
Description (en une phrase) : les clients sont en micropesanteur entre chaque plat ce qui leur permet d’explorer cette sensation inconnue et de patienter en s’amusant. Le côté « magie » se passera dans l’assiette avec de la cuisine moléculaire et des colorants pour chambouler les sens.
Où : centre-ville de Toulouse
Déco/ambiance : ambiance « espace » avec une salle immersive et interactive du sol au plafond
Le service et ses particularités : les commandes sont prises par des cosmonautes et le service est réalisé par des magiciens avec une mise en scène digne d’un spectacle.
Menu(s) : Kir Royal au caviar de cassis / Bouchées de fromage et écumes de noix / Spaghetti de magret de canard et ses mignardises de légumes / Gâteau vapeur au citron et sa chantilly de châtaigne.
Illustration/Dessin : nous avons passé trop de temps à réfléchir à notre concept. Le minuteur a sonné avant que nous couchions sur papier une illustration de notre restaurant. C’est là que l’on apprend que dans les ateliers de créativité, il faut savoir gérer son temps.
 

Retour sur expérience : Un exercice sympathique et convivial qui permet de se rendre compte qu’au-delà du goût, les autres sens peuvent contribuer à rendre un repas inoubliable.

Plus loin, un grand phare aux multiples hublots attire mon attention...

 

Changez de regard sur la dégustation

Au total, sept hublots se trouvent autour du phare et chacun d’eux invite à découvrir un personnage avec des caractéristiques sensorielles particulières. À moi de découvrir de qui il s’agit à l’aide d’un texte descriptif et d’un indice sensoriel. Ou plutôt à vous ! Allez c’est cadeau. Pour ceux qui n’ont pas eu l’occasion de venir, je vous retranscris les textes et je note les indices. Les réponses sont au bas de la présentation.

1er îlot :
J’étais plus sensible aux odeurs que vous ne l’êtes aujourd’hui. En effet, à mon époque, le génome olfactif humain était entièrement fonctionnel, alors qu’aujourd’hui plus de 60% de nos gènes olfactifs ont subi une détérioration et ne s’expriment plus. Coïncidence intéressante au cours du temps : mon odorat se détériorait au fur et à mesure que ma vision s’améliorait.

>> Indice : forte odeur de viande grillée diffusée à l’aide d’une poire à odeur.
Je suis…

2e îlot :
Je suis doué de remarquables capacités sensorielles à l'exception de la vision qui ne se développe que dans une étape ultérieure de mon existence. Mon odorat et mon goût sont pleinement fonctionnels 6 mois après ma conception. Je peux ainsi découvrir et mémoriser une multitude d’arômes, qui proviennent d’aliments et du liquide dans lequel j’évolue.

>> Indice : bruits sourds entendus à l’aide d’un casque.
Je suis…

3e îlot :
Toutes mes capacités sensorielles s’émoussent un peu... Mais ce sont mon ouïe et ma vue qui déclinent en premier, car leurs capteurs ne sont pas renouvelés au fur et à mesure de leur disparition. Concernant la dégustation, mes capacités olfactives (perception des odeurs et des arômes) décroissent plus vite que ma gustation (perception des saveurs par la langue). Mes performances olfactives diminuent depuis mes 60-65 ans, mais cette diminution moyenne de l’odorat cache en réalité d’énormes différences entre les individus !

>> Indice : 3 paires de lunettes permettent de reproduire les troubles de la vue liés à la cataracte, la DMLA ou au diabète.

Je suis…

4e îlot :
J’utilise davantage l’ouïe et le toucher, et fais plus attention aux odeurs. Ce sont de précieux indices pour me repérer dans l’espace, gérer mon comportement et les échanges et apprécier mon environnement. Les sens parlent un seul et même langage, ce qui explique qu’ils peuvent interagir entre eux. Alors, quand un sens fait défaut, les maîtres mots sont : s’adapter et compenser !

>> Indice : en insérant notre main dans un boîte, on peut sentir une surface lisse avec des reliefs subtils, un peu rugueux.
Je suis…

5e îlot :
L’apprentissage et l’entraînement sont à la base de mes performances ! Ils améliorent le seuil de détection d’une odeur d’un facteur 7 à 9 en une 10aine de séances. Cette pratique répétée facilite la reconnaissance et l’analyse. De plus, j’arrive à mettre de nombreux mots sur les odeurs et les goûts !

>> Indice : odeur de vin
Je suis…

6e îlot :
De façon très exceptionnelle, je montre une très grande sensibilité aux odeurs qui représente une très forte gêne dans ma vie quotidienne. En effet, je suis souvent incommodé par des odeurs que mes proches ne détectent absolument pas... Mon hypersensibilité olfactive est un exemple spectaculaire, mais qui illustre bien les grandes différences entre les individus : personne ne peut sentir les odeurs à votre place !

>> Indice : forte odeur de transpiration.
Je suis…

7e îlot :
Je suis unique et perçois les odeurs et les goûts selon mon propre point de vue. Et si les différences entre les gens sont marquées pour percevoir les odeurs et les goûts, elles sont négligeables dans les domaines auditif, tactile et visuel… qui sont pour moi un terrain de communication plus facile !

>> Indice : un miroir.
Je suis…

Réponses : 1. Homme préhistorique | 2. un fœtus | 3. une personne âgée | 4. Un non- voyant | 5. un œnologue (professionnel de la dégustation du vin) | 6. un hyperosmique (personne présentant une sensibilité olfactive excessive) | 7. vous !

Retour sur expérience : J’ai bien aimé ces petites devinettes qui m’ont fait connaître les particularités de certaines personnes. Et même de savoir ce qu’est un hyperosmique !

Entre deux ateliers mon regard s’arrête sur des tubes remplis de petites boules blanches.
 

A voté

Cet entracte donne la parole aux visiteurs en les invitant à choisir trois mots qui riment selon eux avec « Manger ». Au choix : gourmandise / société de consommation / diététique / convivialité / se nourrir / découvrir / régime / savourer / bio / dépenses.
Perso, j’ai choisi : Gourmandise / se nourrir / savourer.

Retour sur expérience : Une petite manip que j’ai trouvé simple et efficace. C’est rapide, on est content de laisser notre marque et le résultat est instantané.
 


 

Un peu plus loin, j’entends des gens qui rient en regardant un écran. Je vais voir d’un peu plus près ce qu’il ce passe sur cette animation qui a l’air plutôt amusante…
 

Goûtez, vous êtes filmé

Ici, on nous propose de goûter des Jelly Belly, les célèbres bonbons d’Harry Potter ! Deux saveurs sont possibles pour une même couleur. Par exemple Tutti Frutti ou Chaussettes puantes. Porcorn ou Oeuf pourri.
Le plus ? Notre réaction est filmée et diffusée au ralenti sur un écran installé à la vue de toutes personnes passant devant le stand.
L’animatrice me remet un bonbon orange. Avant d’ingurgiter cette chose qui ressemble à un haricot magique, je préfère demander une serviette en papier… il vaut mieux anticiper ! Je me lance, car je ne suis pas la seule à vouloir tester. D’autres curieux attendent.
Allez hop dans la bouche ! Je croque, la saveur ne me plaît pas, je recrache immédiatement le bonbon dans la serviette.



 

Je demande à l’animatrice quelles étaient les deux saveurs possible. Elle me répond que je suis tombée soit sur vomis, soit sur pêche.  
Tout le monde pense que j’ai mangé un Jelly Belly au goût de vomis. En réalité, j’ai tellement eu peur d’avoir la mauvaise saveur que je n’ai pas cherché à analyser la saveur qui se diffusait dans ma bouche. 

Retour sur expérience : mon appréhension et le fait que je n’aime pas être surprise (j’aime savoir ce que je mange) ont eu raison de moi. Et puis de toute façon je ne suis pas fan des bonbons à la pêche…

 

Il est déjà 17h et je n’ai pas le temps de faire la dizaine de stands qu’il reste. Je dois maintenant me préparer pour la visite privée des Expériences Sensorielles que Science Animation organise à l’intention de Twittos et d’Instagramers toulousains.

Bilan de cet après-midi : j’ai passé un moment vraiment dépaysant qui permet de plonger dans un univers rempli de saveurs, de couleurs, d’odeurs, de textures et de sons. Une demi-journée, c’est trop court. C’est comme Disneyland, on n’a pas assez de temps pour tout faire.
À coup sûr, je retenterai l’expérience en famille l’an prochain !

back to top

Science Animation

Science Animation développe et anime des lieux, des événements, des communautés et des projets pour rendre accessibles à tous les sciences, les techniques et les innovations. Elle est associée à sept autres structures culturelles, reparties sur toute la région afin de mailler le territoire, formant ensemble le "Groupe Science Animation".

Le Groupe Science Animation

  • Science en Tarn
  • Science en Aveyron
  • Pyrènes Science
  • Science en Bigorre
  • Science Animation
Science Animation
39 allée Jules Guesde
Au Quai des savoirs — 2ème étage
31000 Toulouse
Tél. 05 61 61 00 06
Contactez-nous