Aller au contenu principal

Les bons ingrédients d’une exposition ?

Le lundi 23 juin dernier, c’est avec bonne humeur (oui, oui je vous assure, même un lundi matin) que l’équipe de Science Animation s’est rendu à la première édition du « séminaire de muséologie » au Muséum d’histoire naturelle de Toulouse. Un événement co-organisé par la DRAC Midi-Pyrénées, le Muséum de Toulouse, la Cité de l’espace et Science Animation, et qui proposait comme fil rouge cette année :

 « Produire des expositions, quelle est la recette ? »

Voici un retour sur le contenu de ce séminaire passionnant.

image

LE MATIN : Produire des expositions, un état des lieux en Midi-Pyrénées

La matinée a débuté par des retours d’expériences de plusieurs acteurs de la muséologie de la région Midi-Pyrénées.

>> Une exposition, quelles recettes ?

Et c’est Axel Héméry, directeur du Musée des Augustins, qui a ouvert le bal.

image

A travers l’exemple de l’exposition « Benjamin-Constant », actuellement en préparation et prévue pour octobre 2014, il est revenu sur les recettes d’une exposition :

Et normalement, après tout ça, on laisse refroidir avant de consommer une super exposition à température ambiante.

>> Exposer l’archéologie, un exercice difficile !

C’est au tour d’Evelyne Ugaglia, conservateur en chef du patrimoine et directrice du Musée Saint-Raymond et Claudine Jacquet, assistante de conservation, régisseur des œuvres et commissaire d’exposition du musée de monter sur l’estrade et de prendre la parole.

image

Elles sont revenues sur la difficulté de valoriser certains propos scientifiques ardus (ex : épigraphie des autels votifs pyrénéens) et sur la nécessité de transmettre au grand public l’actualité scientifique et les résultats de la recherche scientifique. Elles ont alors évoqué les techniques de muséologie à mettre en place pour rendre accessible ce type de sujets.

En bref, une exposition réalisée avec des moyens limités par une équipe efficace qui a su parler d’archéologie en aiguisant la curiosité et l’intérêt des visiteurs.

>> Une exposition au Muséum : os par os, pas à pas et sou à sou…

C’est au tour de Virginio Gaudenzi, directeur adjoint du Muséum d’histoire naturelle de Toulouse de proposer son retour d’expériences. Son parti pris : diviser sa présentation en 3 temps : "os par os", "pas à pas" et "sou à sou".

image

Os par os

Pas à pas

image

image

image

Sou à sou

Virginio Gaudenzi a terminé sa présentation en abordant les valeurs marchandes qui entourent une exposition. Rentrées d’argent via les billetteries, via l’itinérance des expositions, les subventions, les partenariats, les mécénats… Chaque espace scénographié et muséographié doit être pensé financièrement afin de s’assurer que l’exposition ne soit pas « si cher » pour le visiteur.

image

>> Renouveler ses expositions permanentes ? Un défi à relever !

C’est ensuite Véronique Hallard, architecte-muséographe à la Cité de l’espace de Toulouse, qui s’est présentée face à l’auditorium du Muséum. Elle est revenue sur le renouvellement de 2500 m2 d’expositions permanentes de la Cité.

image

image

>> Une démarche « Living Lab » dans une exposition, c’est quoi et c’est pour quoi faire ?

Johan Langot, directeur de Science Animation, a fermé la marche des retours d’expériences de la matinée. Il était accompagné par Pierre Vincenti, service civique à Science Animation, en charge de l'évaluation de la démarche Living Lab.

image

Cette première expérience a permis de soulever quelques points importants sur lesquelles les équipes doivent maintenant être vigilantes :

image

image

image

>> De quelques tendances et évolutions des expositions…

Après un temps d’échange entre les différents intervenants et le public, c'était au tour de Serge Chaumier, professeur et responsable du master Expo-Muséographie de l’Université d’Artois et « grand témoin » pour l’occasion. Il a d’abord proposé un état des lieux éclairé des tendances qui impactent les musées :

image

image

En bref, un monde des musées qui reste clivé entre deux positions : le conservateur qui pense le patrimoine comme finalité absolue et ceux qui affirment le patrimoine comme un outil au service de la construction sociale (ex : muséologie sociale brésilienne). Alors sommes-nous à un tournant ? Ère patrimoniale toujours ou post-patrimoniale désormais ?

Serge Chaumier a alors dressé le portrait de 4 grandes tendances concernant la muséologie :

1)  Théâtre de parole

Une exposition c’est avant tout un espace de mise en relation : entre les publics, entre les publics et les savoirs… Et dans cet espace relationnel l'objet est alors le médiateur.

D'ailleurs, l'importance de la mise en relation entre les publics est devenue de plus en plus emblématique avec l'arrivée des réseaux sociaux. En effet, des communautés concrètes se mettent en place, et partagent des mêmes champs d'intérêt à court ou long terme grâce à internet.

Il semblerait donc qu'aujourd'hui l'expérience de mise en relation devienne plus importante que les contenus informatifs.

Jean Davallon a montré dans ces ouvrages comment l'exposition était entrée dans l'aire communicationnelle, avec un développement d'outils pour rendre les médiations plus efficaces.

Mais aujourd’hui ne passe-t-on pas de l’ère communicationnelle à l’ère relationnelle ?

La médiation n'a plus vocation à présenter des contenus mais bien plus à les rendre compréhensibles. Les expositions sont donc maintenant plus immersives, plus interactives.

En bref, l’exposition devient un théâtre de parole et non plus une simple présentation d’objets.

image

 2) Science objective VS science subjective

En deuxième lieu, l'exposition est le lieu d'un discours, le lieu d'affirmation d'un propos. D'ailleurs, des expositions engagées ont vu le jour ces dernières années (Climax, une exposition de la cité des sciences par exemple où le public était interpellé pour qu’il puisse se positionner de lui-même, prendre parti, s’engager).

Alors les questions que nous sommes en droit de nous poser sont :

Exposer, est-ce oser ? L'exposition est-elle un lieu pertinent pour conduire une réflexion engagée ? Et finalement aborde-t-on vraiment les questions qui fâchent dans les musées ? (questions brûlantes, menaces écologiques, effets des médicaments sur l’environnement...) ? Et cette présence peu significative de sujets à controverses ne serait-elle pas liée aussi au financement des expositions ?

image

En bref, encore aujourd'hui, on montre généralement une science objective dans les musées.

3) Changement de paradigme

C'est un fait, le rapport du citoyen à la science est en train de se métamorphoser. On côtoie désormais une forme de pluralité du discours avec la possibilité d'accéder à diverses interprétations d'un même objet scientifique.

Cette évolution du positionnement vis-à-vis de la science se retrouve aussi dans les expositions, où la volonté principale est de faire apparaître la science comme plus modeste, plus ouverte et plus collective... Une science en perpétuel questionnement et en perpétuelle évolution dans laquelle les visiteurs, les citoyens peuvent intervenir, donner leur avis et s'impliquer. On se destine vers un nouveau modèle pour le musée avec des dispositifs participatifs, de la co-construction, des expositions régulièrement renouvelées où le visiteur est pris à parti pour contribuer, alimenter en données, interagir, enrichir…

Et par voie de conséquence, le médiateur devient un "activ’acteur" d’actions, de débats, d'échanges...

image

C’est dans ce sens que l’on pourrait interpréter les nouveaux lieux intermédiaires (fablab, co-working, livinglab…) qui sont des espaces remplis par des publics qui s’approprient le lieu (exemple d’EbulliScience, lieu où il y a très peu d’expos mais juste des manips très simples avec peu de médiation hormis de la médiation orale qui est là pour accompagner la mise en questionnement).

image

En bref, l'exposition est désormais un lieu dédié à la participation et à la co-création.

 4) Renouveau de l’art par l’art

Face au succès de l'art contemporain, on peut se demander s'il n'y a pas trop de médiation dans les institutions de culture scientifique. Ne faudrait-il pas se destiner à des musées composés de formes plus simples, plus épurées ? Ne faudrait-il pas uniquement faire des propositions que les gens pourraient interpréter, s'approprier ou non ?  

Aller vers de la muséologie de passage, où l'on flâne et où on l'on passe un bon moment ?

Ce qui est certain néanmoins, c'est que l'on découvre désormais des expositions esthétisantes en science, avec des rencontres et des démarches art et science de plus en plus présentes.

image

Mais est-ce que science et interprétation peuvent rimer ? Est-ce que le renouveau de l'art part l'art en culture scientifique ne risque pas de rejouer la dimension élitiste très longtemps reprochée dans les anciens musées ?

En bref, le musée est avant tout un lieu de confrontation.

On passe donc dorénavant de l’exposition informative à l’exposition performative avec une médiation qui évolue et change de nature et d'objectifs. Et à l'image de Museomix, les musées n'ont-ils pas vocation à devenir des espaces de création ou de co-création destinés à inventer des nouvelles formes de médiation ensemble ?

 Car finalement, ce qui importe dans un musée c’est ce que l’on en fait ensemble !

image

Serge Chaumier en a profité pour citer le guide "bonnes pratiques" muséographiques.

L'APRES-MIDI : Produire des expositions, une affaire de professionnels

Les premières intervenantes de l'après-midi étaient Gaëlle Cap-Jedikian, chargée de projet muséographie au Muséum d'histoire naturelle de Toulouse et Cristina San Juan-Foucher, commissaire scientifique au SRA Midi-Pyrénées, Laboratoire Traces. Elles s'attelaient à répondre à la question suivante : "Comment concevoir, développer et transmettre une exposition patrimoniale destinée à un public familial ?".

Malheureusement, et à notre grand regret, étant retenus longuement au restaurant, nous n'avons pu assister à cette première présentation. Alors si quelqu'un souhaite compléter ce billet de blog, l'espace "commentaires" n'attend plus que vous!

>> Le commissaire historien de l'art

C’était ensuite au tour d'Axel Héméry, directeur du musée des Augustins, de revenir sur le devant de la scène pour une seconde intervention dédiée au métier "commissaire historien de l'art".

>> Muséographe, scénographe : Je/Tu/Nous produisons...

Aude Lesty, muséographe à la Cité de l'espace et Pierre-Yves Lamer, scénographe pour l'agence Présence qui sont ensuite venus présenter leur collaboration professionnelle passée sur le renouvellement de l'exposition permanente "le vaisseau Terre" de la Cité de l'espace. Il s'agissait d'une zone de 500 m2 dédiée aux applications satellites dans notre vie quotidienne.

Phase 1 :

Il s'agit du temps de la conception, du temps de la rencontre entre muséographe et scénographe où chacun apporte ses ingrédients. Les muséographes apportent donc des intentions scénographiques construites avec les partenaires scientifiques, une programmation détaillée de toute l'offre muséo qu'ils souhaitaient développer (fiches techniques, travail de pré-design, développement 3D de l'encombrement, mise en avant des éléments phares pour meilleure compréhension du public, attitudes des visiteurs dans les anciennes expos...). Les scénographes quant à eux, ont la vocation de faire vivre une expérience au visiteur ; ils proposent donc des intentions scénographiques générales, des premières esquisses spécifiques au projet "vaisseau Terre".
Il s'agit donc d'une écriture conjointe du scénario puisque les muséographes apportent l'histoire pendant que les scénographes la mettent en scène.

image

Phase 2 :

C'est alors la phase de production, un moment où la communication entre les deux acteurs doit être encore plus forte. Les muséographes se chargent des contenus et partenariats scientifiques, des éléments d'exposition, du regard sur le graphisme, de l'interface avec les équipes en interne (technique, sécurité, éducation...). Les scénographes se chargent de la mise en espace et de la gestion des flux, du mobilier de l'exposition, de l'interface avec les entreprises en charge des productions ainsi qu'avec les entreprises en charge de l'exécution graphique. Par conséquent, la phase production c'est avant tout un échange constant entre les deux acteurs afin d'aplanir au maximum les zones d'ombres.

En bref une collaboration muséographe/scénographe répond à cette règle des 4C : cadrage, communication, coordination et confiance !

>> Développer des dispositifs interactifs dans une exposition

C'est à nouveau au tour de Johan Langot, directeur de Science Animation, de se présenter face à l'auditorium du Muséum. Cette fois-ci, il est venu aborder le développement de dispositifs numériques interactifs dans une exposition. Mais alors comment fait-on pour travailler avec des prestataires sur ce type d'outil ?
Tout d'abord, les muséographes, en interne, établissent un cahier des charges et passe un appel d'offre. Lorsque le prestataire est choisi, il s'agit alors de travailler en partenariat avec lui, de générer une véritable collaboration. Pour illustrer cela, Johan Langot est revenu sur plusieurs dispositifs développés en étroite collaboration avec des entreprises tels que des dispositifs réalisés avec Anagram dans le cadre du futur musée Aeroscopia ou encore du serious game Termitia conçu en partenariat avec le CRCA pour la caution scientifique et la startup iTolosa pour le développement.

Il est ensuite revenu sur le programme Inmédiats qui a vocation à développer de nouvelles formes de médiation grâce aux outils numériques. La méthodologie à SAMP est la suivante :

image

image

image

image

Pour finir, Johan Langot a présenté un outil prévu pour mars 2015, le réseau social Makerscience. Il s'agira d'une plateforme en ligne avec le profil des membres, des pages "projets", des fiches ressources... Un outil pour partager, mutualiser, échanger, se documenter... autour de projets de médiation culturelle. Et pour en savoir plus sur ce projet, c'est avec Audrey Bardon :-)

image

>> Une exposition dans un site industriel : qui fait quoi ?

Ce sont Frédérik Canard, Muséographe à l'agence "La plume et le plomb" et Jean-François Escapil-Inchauspe, Responsable développement Grand Sud-Ouest - EDF Production hydroélectrique, Espace EDF Bazacle qui ont terminé la présentation des cas concrets de l'après-midi.
En 2009, le site "Espace EDF Bazacle" était fermé au public pour une durée d'un an afin de repenser et rénover l'ensemble du bâtiment. Il s'agissait donc de faire travailler les différentes équipes afin de définir les implantations dans les différentes parties de l'usine, préciser des thèmes complémentaires en accord avec le site, définir un parcours à travers le bâtiment permettant de valoriser les espaces extérieurs et intérieurs, les machines... Une des contraintes majeures étaient de permettre au public une visite de l'usine et des machines sans gêner pour autant le travail des salariés et la maintenance des machines. Et puis, il s'agissait de valoriser l'environnement historique et naturel existant aux alentours de l'Espace EDF Bazacle.

image

Lorsqu'ils veulent faire une exposition, les équipes d’EDF font appel à des boîtes de communication. Elles vont elles-mêmes faire appel à des agences de conception et réalisation, qui vont alors mobiliser des muséographes et scénographes. EDF a donc un seul interlocuteur mais de nombreux sous-ensembles sont mobilisés. Il faut donc parvenir à faire travailler tout le monde ensemble.

>> Pour une muséographie innovante dans les musées scientifiques

Pour clore cette journée riche en contenus et échanges, le grand témoin de l'après-midi qui s’est présenté face à l'auditorium était Christophe Dufour, Directeur du Muséum d'histoire naturelle de Neuchâtel.
Et pour dresser un premier portrait, il nous a proposé un tour de piste de quelques expositions proposées au Muséum de Neuchâtel ces dernières années (mon conseil du jour : allez vraiment y jeter un coup d'œil :)) :

2002 : Exposition "Sable : secrets et beautés d'un monde minéral"

2004 : Exposition "Mouches"

2011 : Exposition "Sacré science! Croire ou savoir..."

2013 : Exposition "Partie d'échecs en Himalaya"

2013 : Exposition "Donne la patte"

Le Muséum de Neuchâtel se distingue vraiment par ces choix d'angles particulièrement originaux. Et pour illustrer cela, Christophe Dufour cite l'exposition "Parce queue".

image

Au départ, la volonté était de réaliser une exposition dans le cadre de la commémoration du 150aire de l'ouvrage de Darwin - de l'origine des espèces. Sujet classique mainte fois traité. C'est pourquoi, le Muséum de Neuchâtel a décidé de prendre "la queue" comme porte d'entrée. A la fois original, surprenant et inattendu, cet angle a vraiment permis de mettre de l'humour autour du sujet de l'évolution. Cette exposition propose donc une entrée en matière sur la queue de poisson qui sert à la propulsion, puis on aborde l'évolution de la queue chez les vertébrés, les fonctions adaptatives de la queue... Les visiteurs découvrent également la théorie du gène égoïste de Richard Dawkins énoncée par projection sur un grand spermatozoïde, un cabinet érotique pour jouer avec le double sens du terme "queue"... Christophe Dufour souhaite faire des expositions en s’appuyant sur des solutions originales pour faire passer du contenu sans être contraint de le faire via des panneaux de texte.

image

Il est ensuite revenu sur l'impact relatif sur le visiteur des diverses composantes de l'exposition. Généralement, on met le sens dans le texte avant tout, puis on illustre par des images, on entoure ensuite d'objets et pour finir on réfléchit au parcours de l'exposition. Et pourtant pour Christophe Dufour, il faut penser les choses complètement à l’inverse. La priorité c'est le parcours du visiteur dans l'exposition, puis les objets, ensuite les images et en dernier lieu le contenu texte ! Il faut donc vraiment réfléchir aux supports qui exprimeront les idées.

Christophe Dufour attache donc beaucoup d'importance à amener du sens de manière originale : agrandir (comme dans le cas de l'expo "Mouches"), accumuler, suggérer en mettant le visiteur dans un univers qui fait sens (ex : décomposition des cadavres par des mouches), symboliser (ex : diffusion du contenu sur des lits d'hôpital), questionner (ex : mettre une autruche pour illustrer la politique de l'autruche en Europe), intriguer le visiteur, présenter le texte comme un objet (ex : un grand livre), intégrer le texte à l'utilisation, utiliser un objet comme écran...

Mouches from Jonathan Gerin on Vimeo.

De plus, il a insisté sur l'importance de mettre en scène les audiovisuels : scinder  un film sur plusieurs moniteurs côte à côte, scénariser l'espace (ambiance vintage, ambiance café du commerce...

Ensuite, Christophe Dufour est revenu sur la nécessité de rendre le visiteur acteur de sa découverte de l'exposition. Cela peut passer par la mise en place de dispositifs interactifs, de miroirs avec ou sans tain, de caméras filmant dans l'infrarouge, d'ateliers de mimes...

Pour finir, il a rappelé que dans une exposition, il faut un prologue : une entrée en matière, un objet d'appel, une installation... Bref un message, quelque soit sa forme, qui permette au visiteur de plonger dans l'exposition. Par exemple : un sablier géant dont le sable s’écoule doucement durant la période de présentation de l’exposition. Mais une exposition contient aussi et surtout un épilogue qu'il ne faut absolument pas omettre, àl instar de l’expo « Mouches » qui clôturait la visite par une salle de « jugement » pour décider de tuer – ou non – la pauvre mouche. Une véritable univers narratif !

Et puisqu'on parle de conclusion, quoi de mieux que de finir sur cette dernière intervention absolument passionnante ! Les professionnels sont repartis avec des idées plein la tête et de nombreuses envies de projets à construire. La suite dans un an...

Julie Poirier / Chargée de conception et médiation

back to top

Science Animation

Science Animation développe et anime des lieux, des événements, des communautés et des projets pour rendre accessibles à tous les sciences, les techniques et les innovations. Elle est associée à sept autres structures culturelles, reparties sur toute la région afin de mailler le territoire, formant ensemble le "Groupe Science Animation".

Le Groupe Science Animation

  • Science en Tarn
  • Science en Aveyron
  • Pyrènes Science
  • Science en Bigorre
  • Science Animation
Science Animation
39 allée Jules Guesde
Au Quai des savoirs — 2ème étage
31000 Toulouse
Tél. 05 61 61 00 06
Contactez-nous