Aller au contenu principal

Quand le Bazacle se transforme en lieu d'innovation pour toutes et tous

Expositions et ateliers au programme

Ce mardi 28 novembre, nous inaugurions la nouvelle programmation de l'espace EDF Bazacle. Après avoir longé la Garonne à travers une exposition, nous invitons maintenant les publics à explorer l'innovation et leur potentiel créatif.


 

Jusqu'au 10 juin 2018, deux de nos expositions seront présentées, Innovez et DIY - Et si on le faisait nous-même, complétées par des dispositifs, des machines à tester, des jeux, et de nombreux ateliers durant les week-ends et vacances scolaires sur la fabrication numérique, la créativité et l'innovation. Trois grandes saisons seront proposées jusqu’au 10 juin 2018.

En parallèle de ces animations, nous avons conçu plusieurs petites activités ludiques pour tous les âges : des jeux autour des grandes inventions, des objets étonnants à retrouver, des fresques participatives pour tester sa créativité, des vidéos à découvrir, des outils inpirés de méthodes créatives, des matériaux à toucher... Nous en profitons pour remercier les fablabs de la région ainsi que leurs membres qui ont accepté de nous prêter des objets !

Voici un petit aperçu :

 

A l'occasion de cette inauguration, notre Président, Olivier Moch, est revenu sur l'importance d'une culture partagée de l'innovation :
 

Le progrès, naguère, semblait aller de soi ; il associait les idées de changement, d’amélioration et de bonheur. Aujourd’hui, il a mauvaise presse. Faut-il s’en étonner ? Les temps ont changé : Hiroshima, Fukushima, le sida, Al Qaïda, Guernica, Erika sont passés par là et ont émoussé notre confiance en l’avenir.

Aujourd’hui le mot Progrès est fortement démonétisé ; on pourrait plaider que même ses derniers partisans n’osent plus parler que d’Innovation.

Avec ce mot d’innovation, au singulier, on met l’accent sur un processus. « Il faut se lancer dans l’innovation ». Ne pas se contenter d’avoir des idées neuves mais aussi les mettre en pratique et donc en traiter les aspects économiques ; une idée, une invention ne deviennent innovation qu’à ce prix.

 Au pluriel, en évoquant les innovations, on induit l’idée que cette multitude de petites évolutions pourrait, devrait -- espère-t-on --  produire des améliorations. Ainsi on contourne le mot et l’idée de progrès, notion dont beaucoup récusent désormais la linéarité et la certitude de lendemains qui chantent.

Qu’on le reconnaisse ou non, l’idée d’innovations – au pluriel -- renvoie aussi à la fameuse main invisible. La poursuite de bonheurs individuels construira le bonheur collectif. Bien sûr, Adam Smith n’a jamais dit exactement cela (même pendant son long séjour toulousain) mais c’est ainsi que l’on condense souvent sa pensée. Croissez et multipliez, innovateurs, en travaillant pour vous, en poursuivant la fortune, vous travaillerez pour la collectivité ! Les lendemains qui chantent reviennent par la porte de derrière !

Et surtout, il y a urgence. Les problèmes apparaissent désormais si nombreux, si enchevêtrés – démographie, éducation, énergie, environnement / accès à la nourriture, à l’eau, au travail  /  santé, pauvreté, sécurité, protection des données --  qu’on ressent le besoin que des milliers / des dizaines, des centaines de milliers / d’innovateurs, proposent chacun des idées, soumettent chacun des solutions, construisent chacun des outils.

Des petites idées peut-être, des petites solutions, des petits outils sans doute, mais au milieu desquels on trouvera les pépites qui, regroupées, nous permettront d’en sortir.

Et les progrès de l’éducation -- vous voyez, je parle de progrès ! --  les progrès de l’éducation donc permettent désormais de compter sur les multitudes dont nous avons besoin pour innover. Feu sur le Quartier général ! Que cent, que mille, que dix mille Thomas Edison fleurissent ! Que l’esprit d’innovation s’épanouisse !  Mais l’innovation est-elle vraiment enseignée au collège, la créativité est-elle la force principale des lycées ? Pas assez, pas encore assez sans doute. Car l’innovation, la créativité ne sont pas, ou pas seulement des dons du ciel. Ce sont aussi, des techniques, des méthodes auxquelles on peut se préparer et s’entraîner. Crier « Caramba ! »  ou crier « Euréka ! », cela se prépare.

Mais il y a pour cela beaucoup d’habitudes à remettre en cause, beaucoup de travail pour apprendre à sortir du cadre, à penser à côté, à associer des idées disparates, à écouter, à ne pas juger, à ne pas préjuger. Il faut aussi accepter l’idée que c’est de l’échec, et même des échecs successifs, que pourra naître la réussite. « Je n’ai pas échoué, j’ai simplement trouvé 10 000 solutions qui ne marchaient pas ! » affirmait justement Edison.

Il faut comprendre la valeur de la créativité, l’importance de l’innovation et s’y entraîner. C’est un peu comme l’écriture, la littérature : certains génies sortent armés de la cuisse de Jupiter mais d’autres, de plus en plus nombreux apprennent à s’entraîner et s’entrainent à apprendre. Les ateliers d’écriture, encore rares en pays latin, sont déjà puissants en terres anglo-saxonnes.

Science Animation est heureux de contribuer à ces efforts. L’exposition que vous voyez aujourd’hui vise à décrypter la notion même d’innovation et à donner à chacun l’envie de s’y frotter. Elle traite aussi de créativité en permettant aux visiteurs de jouer à créer. Et bien sûr, elle présente les très nombreux outils d’aide à l’innovation qui sont disponibles en Occitanie.

Ce faisant, Science Animation a conscience de remplir une mission pour le moins teintée de service public. Créer, innover sont des satisfactions individuelles que l’on cherche à permettre ; ce sont des exigences collectives que l’on veut soutenir. Nous y contribuons.

Cette exposition a été conçue comme modulaire, de façon que tout ou partie de ses éléments puissent être présentés dans des lieux très divers, espaces publics, lycées, collèges ou centres commerciaux.

Elle a évidemment sa place, ici au Bazacle. Parce que c’est un lieu exceptionnel de contact avec le public ; parce que EDF, depuis des décennies, est elle-même un modèle en matière d’innovation. On comprend donc facilement pourquoi, par delà même cette exposition qui restera en place jusqu’en juin prochain, vous avez décidé Monsieur le Délégué Régional, de dédier une grande part des activités de ce lieu magique à soutenir l’innovation et la créativité.

Il y a quelques jours vous avez conçu et accueilli ici une manifestation, les « EDF Innovation days », destinée aux professionnels. Aujourd’hui, sur le même thème, nous inaugurons une exposition destinée au grand public. Tout cela est essentiel.

Nous, Science Animation, considérons que c’est une grande chance que de pouvoir contribuer à animer régulièrement cet espace du Bazacle. Pour ne citer que les dernières, rappelons les expositions « Et si la plante idéale existait ? », « Lumière, faites l’expérience ! » et « Garonne au fil de l’eau »  qui ont précédé l’exposition « Innovez ! » ici-même.

Je voudrais vous remercier Monsieur le Délégué Régional de la confiance que vous nous portez et vous assurer du plaisir que nous avons à travailler avec vos collaborateurs sur ces sujets qui nous concernent tous.

back to top

Science Animation

Science Animation développe et anime des lieux, des événements, des communautés et des projets pour rendre accessibles à tous les sciences, les techniques et les innovations. Elle est associée à sept autres structures culturelles, reparties sur toute la région afin de mailler le territoire, formant ensemble le "Groupe Science Animation".

Le Groupe Science Animation

  • Science en Tarn
  • Science en Aveyron
  • Pyrènes Science
  • Science en Bigorre
  • Science Animation
Science Animation
39 allée Jules Guesde
Au Quai des savoirs — 2ème étage
31000 Toulouse
Tél. 05 61 61 00 06
Contactez-nous