Aller au contenu principal

Retour sur une semaine de "faire ensemble" à l’université toulouse III - Paul Sabatier

Transformer le hall du bâtiment administratif de l’Université Toulouse III - Paul Sabatier en un lieu convivial, pour fabriquer, discuter, imaginer un FabLab sur le campus, c’est ce à quoi nous avons participé du 14 au 18 octobre dernier.

Avec David Tsang en charge du projet à l’université, Lionel Delteil de Science Animation, Philippe Semanaz et Nicolas Lassabe d’Artilect, nous avons posé nos valises, ou plutôt nos imprimantes 3D et nos ordinateurs pendant une semaine dans l’espace « DIY : et si on le faisait nous-mêmes ».

image

Nous avons imprimé une oreille interne échelle 3 (et échelle 1 aussi, mais forcément, c’est moins impressionnant), un morceau de crâne d’enfant préhistorique, des centaines de petits robots, des objets mathématiques extraordinaires, une pièce de rechange pour un robot ménager, et deux Minions. Des fichiers qui ont été apportés par des chercheurs, des enseignants-chercheurs, des techniciens, des étudiants, trouvé sur des banques de données d’objets ou même réalisés d’un jour à l’autre pour le plaisir de venir tester les machines.

Lionel de @ScienceAnim nous fait découvrir l'oreille interne avec une imprimante 3D ! pic.twitter.com/09vsR4MVCB

— Grycan Alain (@AlainGrycan) 18 Octobre 2013

Jour 1 : quelques étudiants de passage, intrigués, s’arrêtent, posent quelques questions. Un enseignant chercheur arrive avec une clef USB : « c’est possible d’imprimer ces fichiers ? ». Il s’agit de l’oreille interne et du crâne. On va essayer. L’après-midi le Pr Philippe Truillet (UPS/IRIT/Upsitech) vient parler des usages du DIY au service de l'autonomie des personnes handicapées. Puis vient le Pr Jean-Baptiste Hiriart-Urruty (IMT) et ses objets mathématiques extraordinaires et leur impression en 3D. Tout à coup, et même pour les allergiques, les maths deviennent accessibles et passionnantes, des horizons s’ouvrent grâce à la verve du professeur qui sait captiver son auditoire.

#fablabUPS mini-conf "le #diy pour l'autonomie des personnes handicapées" au hall administratif @UT3PaulSabatier pic.twitter.com/xX2xsTKe97

— Science Animation (@ScienceAnim) 14 Octobre 2013

Mimi-conf du @fablabups : #Fablab universitaire, conjoncture #maths et imprimante 3d #fablabUPS pic.twitter.com/StmkWmm0sl

— Science Animation (@ScienceAnim) 15 Octobre 2013

Le solide de Meissner est un symbole pour le @fablabups, 1er projet réalisé pour ce futur Fablab #fablabups pic.twitter.com/YEC1GhFNbS

— Science Animation (@ScienceAnim) 15 Octobre 2013

#fablabups un mathématicien : "dans un Fablab, avec des outils plutôt simples, on peut faire des objets complexes incroyables!"

— Science Animation (@ScienceAnim) 15 Octobre 2013

Jour 2 : l’enseignant-chercheur repasse pour prendre des nouvelles de ses fichiers. L’oreille est prête. Le crâne un peu moins, ou même pas du tout. Il faut rectifier quelques réglages, et tester sur une autre imprimante. Le Pr. Denis Hudrisier (IBPS/CNRS) montre des protéines complexes imprimées, il parait loin le temps où pour représenter une molécule on se servait de vieilles boules de couleurs reliée pas des tiges. Un étudiant de l’association Arboris scientiae vient discuter de son projet.

Jour 3 : Catherine Gadon du Pres - Université de Toulouse a réuni quelques membres du groupe « Solar décathlon » pour initier une dynamique autour d’un projet d’envergure : mobiliser des scientifiques, dans une approche pluridisciplinaire pour imaginer de nouvelles formes d’habitat. Pendant ce temps, une partie de l’équipe de Science Animation est venue pour participer à une réunion de travail autour des deux expositions « Do It Yourself » et « Innovez ! ». Philippe d’Artilect explique à quoi peut servir une fraiseuse numérique : à réaliser des circuits imprimés par exemple. Un étudiant découvre les machines, il fait partie de l’association Toulibre qui partage son expertise dans l’utilisation des logiciels libres : « Si je fais un dessin sous blender*, je peux revenir l’imprimer ? ». On lui répond que oui. Il ouvre de grands yeux et repart tout sourire. Il va essayer de recréer une figurine de Minions.

Aidez moi à faire grandir l'armée de minions ! #b3d Merci @fablabups @MalvinaArtheau http://t.co/LzJabwDpCq pic.twitter.com/cvpsj9jY6S

— Kevin Nguyen (@CPau3D) 22 Octobre 2013

L’après-midi, Clémentine Transetti de la Maison pour la science, a convié des enseignants en technologie de collèges et lycées à venir découvrir l’intérêt d’outils du FabLab dans leurs pratiques. David Tsang leur montre de petits robots fabriqués grâce à des cartes Arduino**.

Au @fablabups c'est l'heure de l'atelier avec les profs de techno organisé par la Maison pour la science #fablabups pic.twitter.com/WFCTaHjlyD

— Science Animation (@ScienceAnim) 16 Octobre 2013

Jour 4 : Il parait qu’il y a des élections sur le campus. Le personnel défile dans le hall pour aller voter. Et ils s’arrêtent pour regarder les drôles de machines qui continuent à tourner. Une enseignante-chercheure s’interroge : « oui, c’est marrant, mais moi, je fais de la biologie végétale, j’ai un peu de mal à voir à quoi ça pourrait me servir ». On lui demande de laisser son mail, elle décline. Une heure plus tard elle est toujours là, à discuter avec Joseph, un des premiers fidèles du futur FabLab du campus. Les modèles de plantes coûtent très chers, de plus les modéliser et les faire fabriquer par les étudiants pourrait avoir une réelle portée pédagogique. L’enseignante-chercheure repart, bien décidée à mobiliser des collègues, ou pourquoi pas des étudiants pour réaliser les modèles 3D. Finalement, elle a laissé son mail. Comme les 40 autres personnes précédentes qui souhaitent toutes être tenues informées de l’évolution du projet. A 14h, la cafetière est vide. Un étudiant entreprend de refaire du café tout en expliquant à un autre le fonctionnement de l’imprimante 3D. Il était passé la veille, et aujourd’hui, il partage ce qu’il a appris. L’impression du crâne se poursuit, après quelques ratés, elle est en bonne voie.

Ça continue pour #fablabups (@fablabups) : les imprimantes 3d sont totalement investies ! pic.twitter.com/N6G4ztDFxI

— Science Animation (@ScienceAnim) 15 Octobre 2013

Jour 5 : Les machines ne sont pas encore installées. C’est le dernier jour, on discute un peu. Un étudiant vient voir où en est l’impression du crâne. Il n’est pas anthropologue, ni paléontologue, juste curieux. Le crâne est imprimé, mais pas nettoyé, il faut le débarrasser des supports plastiques nécessaires à son impression. Muni de pinces il se met au travail. Et quand le chercheur qui a fourni le fichier arrive, « son » crâne est prêt. Une discussion s’engage. Pendant ce temps là, le fan de « Moi, moche et méchant » (si, si, souvenez-vous, il faisait des Minions) revient. L’imprimante n’est pas installée, je lui propose de le faire. Il s’occupe des branchements, demande à Lionel quand il a un doute et lance l’impression.

Entre midi et deux, nous nous retrouvons avec certains de ceux qui sont passés dans la semaine pour commencer à imaginer un FabLab pour le campus. David rappelle l’historique du projet, chacun ensuite fait part de ses envies de ses réflexions, avec une réelle implication.

« Moi je suis prêt à faire des formations Blender si ça peut aider »

« Je suis doctorant, je ne pourrais pas être là régulièrement, mais par contre, c’est plus simple pour moi de contribuer à l’animation d’un wiki en ligne »

« Dans mon équipe de recherche, nous avons un électronicien et un technicien qui réalisent nos dispositifs expérimentaux. Is sont passés hier, je pense qu’ils seraient prêts à venir donner un peu de leur temps »

« Ce serait super si je pouvais imprimer d’autres crânes. C’est quand même autre chose de pouvoir les manipuler que de les avoir à l’écran. Oui, bien sûr je suis d’accord pour partager certains fichiers en ligne »

73 pers ont laissé leur mail pour le @fablabups : 73 contributeurs/trices dans les starting blocks yeah!! @mgout

— Malvina Artheau (@MalvinaArtheau) 18 Octobre 2013

De l’énergie, des compétences, un réel intérêt… tous les ingrédients pour démarrer un FabLab sur le campus sont réunis… il ne reste plus qu’à trouver un lieu dédié et un nom.

@ScienceAnim @Bookmore @fablabups @UT3PaulSabatier Le #Fabulouse bien sûr ! ^^

— Kyesos (@Kyesos) 16 Octobre 2013

Malvina Artheau / responsable du pôle R&D

*Blender : logiciel libre (i.e. gratuit ;o) ) permettant de modéliser des objets en 3D

** Arduino :  est un circuit imprimé en matériel libre sur lequel se trouve un microcontrôleur qui peut être programmé

back to top

Science Animation

Science Animation développe et anime des lieux, des événements, des communautés et des projets pour rendre accessibles à tous les sciences, les techniques et les innovations. Elle est associée à sept autres structures culturelles, reparties sur toute la région afin de mailler le territoire, formant ensemble le "Groupe Science Animation".

Le Groupe Science Animation

  • Science en Tarn
  • Science en Aveyron
  • Pyrènes Science
  • Science en Bigorre
  • Science Animation
Science Animation
39 allée Jules Guesde
Au Quai des savoirs — 2ème étage
31000 Toulouse
Tél. 05 61 61 00 06
Contactez-nous