Aller au contenu principal

Un jour je serai Museomixeur...

Récit d'un hackathon culturel et créatif

Vendredi 11 novembre, jour férié… Mais en réalité, ce sera loin d’être un week-end reposant. Oui, aujourd’hui débute Museomix, le fameux hackathon culturel international auquel je me suis inscrite il y a de ça 4 mois.
Halte avant d’aller plus loin, pour ceux qui ne connaîtraient pas le phénomène Museomix, voici une formule qui devrait vous aider à mieux comprendre : Museomix = une communauté + des musées + 3 jours de « marathon créatif ».


 

En espérant ne pas vous avoir déjà perdu... Continuons…
 

C'est parti pour 3 jours de folie !

Vendredi 11 novembre, 07h30, réveil douloureux - c’était censé être férié aujourd’hui :( - et en plus, il pleut ! À cette heure-ci, je ne soupçonne pas encore ce que ces 3 jours d’hackathon me réserveront !

J’arrive finalement mouillée... Heureusement, l'accueil qui m'est réservé me met rapidement à l'aise : petit déjeuner, café chaud et, surprise, des goodies ! Tote bag, pins et partout des Zeus tout nu avec des éclairs. J’adoreeeeee ! Déjà, je suis époustouflée par le nombre et le dynamisme de l’équipe d’organisation !

Nous sommes au RDC du Musée. Sur 200m², tout a été pensé pour faire phosphorer. Box délimité pour chaque équipe, matériels en tout genre pour développer notre créativité, espace détente ET... un distributeur de bonbons Haribo ! Une véritable couveuse de prototypes, dans une ambiance "Makers" pour couronner le tout !

10h : visite du Musée. Nous découvrons tour à tour les différents espaces à "remixer", présentés par les médiateurs et la conservatrice du Musée. De Tolosa en Narbonnaise au 2e étage au domaine de Chiragan au 1er, nous finissons notre excursion par la nécropole au sous-sol. Je vous avoue très franchement ne pas avoir retenu l’intégralité de l’histoire des différentes collections n’étant pas une experte des arts antiques. Néanmoins, je peux vous assurer avoir saisi l’essentiel que je pourrais résumer ainsi : c’est un musée exceptionnel et ses collections sont exceptionnelles !

Nous découvrons également l’ensemble des ressources mis à notre disposition. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’ils ont mis le paquet ces organisateurs ! Une bibliothèque, le Fablab d’Artilect tout équipé à deux pas du musée et la "techshop" remplie de matériel, ou la caverne d’Ali Baba dont je vous passe la description complète.

(Vous aussi vous vous dites : "Mais qu'est-ce que Franck Dubosc fait à Museomix ?!")

Vers 11h : direction la crypte pour commencer véritablement l’aventure avec l’instant Bingo. Bingo ??!!  Une partie de loto géante peut-être ? Non, pas vraiment. Le Bingo est une affaire très sérieuse dans Museomix. Il s’agit de la phase d’idéation qui donne naissance aux premiers concepts et surtout aux équipes ! Post-it en main, nous commençons à brainstormer individuellement devant les panneaux symbolisant les différents terrains de jeu à remixer.

Les bas reliefs des travaux d’Hercule m’inspirent plus que le reste. Certainement car il s’agit de mon unique référence dans ce musée.
 

Focus sur mon terrain de jeu

Cet espace est constitué en arc de cercle et comprend 8 bas reliefs de marbre évoquant 8 des 12 travaux d’Hercule. Ces œuvres ont été retrouvées dans la villa de l’empereur Maximien à Chiragan, près de Toulouse. Maximien, fan incontesté du légendaire Hercule, est représenté faisant face aux bas reliefs. Et sinon, pour plus de précisions, détails d’un museomixeur expert en mythologie > son blog !


 

Nous sommes donc trois à nous accrocher à la pancarte dédiée aux travaux d’Hercule. Sans le savoir encore, nous constituerons rapidement un début d’équipe. Un post-it nous met d'accord : “Refaire vivre les travaux d’Hercule”. Mais notre équipe reste incomplète à ce stade. Pitchons pour faire campagne ! Une promesse si vous nous rejoignez : vous ne resterez pas de marbre !

Notre slogan semble faire son petit effet, réussissant à constituer l’intégralité de l’équipe. Nous pouvons crier haut et fort : BINGO !

L’équipe : Yann le codeur, Aude la graphiste, Pauline la médiatrice, Cyrille l'expert contenu, Stan le Maker, et Moi la communicante. Sur la photo, nous sommes entourés de Noémie notre facilitatrice et Antoine, notre codeur renfort. 


 

Premiers brainstorming

Repas, team building pour faire connaissance (nous nous mettions par binôme et cherchions trois points communs), et l’après-midi démarre avec les premières cogitations autour de notre terrain de jeu. Le post-it qui nous avait réuni résonne dans nos esprits et nous commençons à brainstormer : “refaire vivre les travaux d’hercule... refaire vivre les travaux d’hercule... Hercule... Travaux…” C’est sur cette première étape que quelques idées surgissent : expérience, immersion, ludique, pédagogie, gamification, partage, participatif…

Mais avant d’aller plus loin, une petite leçon mythologique semble être de rigueur (eh oui, je ne suis à priori pas la seule à avoir de piètres connaissances à ce sujet, ouffff). Mieux que Walt Disney ne l’aurait fait, Cyrille, notre expert contenu passionné de mythologie, nous retrace l’histoire du légendaire Hercule et de ses 12 travaux.

Bon, à ce stade, nous avons encore du mal à réaliser une ébauche de notre prototype. Comment combiner dans un même dispositif le contenu lié à l’histoire de l’empereur Maximien et d’Hercule, le jeu et le parcours immersif que nous souhaitons faire ? C’est à ce moment-là qu’une personne indispensable rentre en scène : Noémie, facilitatrice Museomix, qui se greffe à notre équipe ! Son rôle ? Nous aider à donner du sens, à mettre en forme nos divagations, à nous permettre de nous poser les bonnes questions, à reconsidérer sans cesse nos pensées et, il faut le dire, à calmer nos ardeurs. Ses armes ? Paperboard, feutres, tableaux à triples entrées, bonbons et, surtout, une incontestable fibre maternelle. Vouiiii, une nounou d’enfer quoi ! Sa méthode ? Noter toutes nos idées, répertorier et classer toutes nos tâches pour ne rien oublier et mettre tout ça dans un planning horaire pour ne pas perdre de temps, nous réunir toutes les 2-3 heures pour faire un point récap, nous donner la parole à tour de rôle pour rappeler à l'ensemble de l'équipe nos avancements individuels,  nous rappeler les temps forts (plénières, rendus, horaires des repas) et surtout se mettre à la place du visiteur face à notre démarche.


 

Elle nous rappelle assez rapidement que nous ne pouvons continuer sans nom d’équipe… OK !! Nous sommes 7, donc 7 têtes pensantes provenant d’univers différents… Tiens, cette image nous évoque un élément de notre terrain de jeu, la fameuse Hydre de Lerne. Nous tenons notre nom d’équipe : l’Hydre de Saint Raymond.

Nous sommes ensuite réunis par profil pour nous rappeler les missions qui nous incombent.

- "En tant que communicante, tu devras…" roulement de tambour, gros stress, mamamia... "Communiquer sur ton proto, sur ton équipe via les réseaux sociaux !"

- "Non sans rire, j’aurais pu m’en douter !"

- "Mais pas que !"

- "Ah bon ?"

- "Il te faudra documenter au mieux les étapes d’avancement de ton prototype sur le site Museomix.org pour donner le maximum d’infos. Il sera ensuite intégré dans la banque des prototypes Museomix mondiale!"

- "Ah oui ? Quand même… bon, je le ferai la semaine prochaine parce que c’est pas franchement fun, non ?"

- "Et ceci à partir de demain pour ne pas perdre une miette de votre démarche ! OK ?!!"

- "Mouii, ok !"

Nous continuons la journée à nous questionner : jeu, expérience immersive, Hercule, monstres, Pokémon, selfie, Kinect, webcam, son… Nos pensées vont loin !

 

Premiers prototypes et échanges entre équipes

18h30, nous devons stopper nos élucubrations : c’est l’heure de la plénière. Effervescence générale dans la crypte : nous ressentons toute l’ampleur de Museomix en visionnant les vidéos reporting des autres musées ! Reims, Québec, Ferrara… Une chose est certaine, ça n’a pas l’air aussi fun là bas ! C’est le moment de présenter le premier jet de notre proto. Certains membres de l’équipe ayant des talents pour la comédie, une vidéo nous a paru plus qu’appropriée pour expliquer notre démarche.

20h, fin de la première plénière. Nous ressentons le besoin de nous isoler dans notre terrain de jeu pour continuer notre prototypage.

Proto version 1 donc : Aider Hercule à réaliser ses travaux en tentant de combattre les monstres. A travers un plateau de jeu, le visiteur est invité à reconstituer une combinaison d’éléments pour combattre le monstre (la bonne arme + la bonne posture herculéenne). Technologie : utilisation des Makey Makey - un dispositif permettant de transformer n'importe quel objet en clavier, souris ou autres périphériques - pour déclencher un cri de monstre mort si la combinaison est bonne.


 

23h30... La fatigue l’emporte sur notre discernement. Il est temps : GO BED !
 

Deuxième jour : il est temps de figer les choses !

Samedi 12 novembre, 7h30, aie aie aie, ça pique. Il pleut...encore :(

Nous continuons à brainstormer sans relâche, bichonnés par notre facilitatrice qui veille à ce que la moindre de nos idées soit signifiée. Il va très bientôt falloir figer certaines choses comme le nom du proto, la scénarisation finale, nos besoins techniques … Ces mots évoquant un produit "fini" nous effraient encore un peu.

Tilt, une petite voix me rappelle mes obligations en tant que communicante. Page Facebook, ok.. Chaine YouTube, ok… Live tweet, ça c’était ok depuis vendredi matin 08h30… eh oui Twitter, mon journal intime :)


 

14h30 : nous avons finalement réussi à fixer un semblant de scénario pour notre prototype. Nom de code : “Pause divine”. Devise : “En adoptant notre pause divine, vous ne resterez pas de marbre !".

Proto version 2 : Faire revivre les travaux d’Hercule en adoptant les postures d’Hercule pour affronter les monstres. Technique : une kinect qui capte les mouvements du corps et le code qui validera ou non la bonne position. Si la position est correctement effectuée, un gif animé et un son se déclenchent, représentant le monstre agonisant. Une douche sonore énonce les règles du jeu en début de parcours. Matériels : stickers aux sols pour diriger le visiteur devant les oeuvres, fiches d’identités des monstres à combattre, badges collectors à remettre aux visiteurs... Ça ne vous rappelle pas quelque chose ? Oui Pokemon nous a un peu inspirés :)
 

Passons à la fabrication

La fabrication démarre. Stan au Fablab pour la construction de l’arche qui accueillera la douche sonore. Aude à la création et fabrication de tous les visuels, gifs, cartels et stickers. Pauline et Cyrille à la réalisation de l’enregistrement sonore et à la rédaction des contenus. Yann et Antoine (notre recrue de l’école Epitech) pour la création du code pour la webcam (et non plus la kinect pour des raisons qui me sont malheureusement obscures…). Et enfin, moi, qui me balade entre tout ça, téléphone en main il va sans dire !

18h30 : deuxième plénière. Une vidéo est demandée pour présenter l’état d’avancement de notre proto. Désormais habitués à jouer les acteurs, c’est avec une certaine aisance que nous nous sommes lancés dans le tournage de l’épisode 2. Merci aux étudiants de l’IUT Info Com pour avoir réussi à suivre nos idées farfelues !

 

Les problèmes commencent...

Repas chaud, bières et nous voilà repartis, rassasiés pour cette soirée qui s’annonce laborieuse. Au programme : tenter de corriger le code pour réussir notre manip, et concevoir le visuel avec les postures d’Hercule en fond noir, qui sera affiché sur l’écran.

C’est après avoir passé des heures à entendre Yann et Antoine balbutier “if” ,“dollars” et autres langages énigmatiques de codeurs, qu’un problème de taille apparaît : la webcam et le backround fonctionnent correctement, mais... à l'envers. En fait, c’est un peu comme si on se regardait dans un miroir. Il faut inverser toute sa position pour arriver à entrer dans les traces d’Hercule :( :( Ô rage ! ô désespoir ! !! Malgré notre fatalisme général, nos codeurs ne semblent pas s’avouer vaincus. Il reste encore une journée pour régler le problème.


 

Presque 2h,  notre arche est finie. Des armes et costumes en carton ont été réalisés pour les visiteurs. Éreintés, nous allons finalement nous coucher, le musée ferme de toute façon.
 

En avant les crash-tests !

Dimanche 13 novembre, réveil 07h30, inutile de vous dire que ça pique encore plus que la vieille et il pleut toujours.  

Un peu avant midi, montage quasiment finalisé, crash-test N°1.

Quelques remarques, mais surtout les deux testeurs ont franchement eût du mal à comprendre le parcours de jeu sans nos explications... Il faut revoir tout ça ! Faisons appel à Ségolène, designer d’intérieur, membre de l'organisation Museomix. 

Crash test N°2 effectué avec l’oeil avisé de Ségolène, tout nous paraît plus évident !

Proto version 3 (juste avant l’arrivée des visiteurs) : n’ayant finalement pas réussi à corriger le problème de code, nous décidons de nous contenter d’une webcam classique. Les visiteurs seront invités à reproduire les postures en se regardant à l’écran. Nous déclencherons (manuellement) la vidéo du gif du monstre mourant. Le début du parcours reste inchangé, la douche sonore fonctionnant sans problème. Nous décidons néanmoins d’orienter les visiteurs devant Maximien en premier lieu, avant de les conduire face aux oeuvres, indicatrices des postures à reproduire. Un cartel est donc rajouté devant la statue de Maximien qui se présente désormais comme “Maître du jeu”. Le parcours finit par la pose herculéenne devant la webcam et la remise des badges.
 

Le public arrive !

16h, médiateurs costumés en place, les visiteurs en grand nombre commencent à tester notre prototype. Nous observons leur comportement.

Proto version finale donc : un dispositif envahi, et nos deux médiateurs orientant les visiteurs tant bien que mal... Victime de la forte affluence, le parcours se réduit peu à peu autour de la webcam. Les enfants se déguisent, notre expert contenu ne tarit pas sur les histoires mythologiques et notre codeur actionne le gif animé sans relâche. Rien ne vaut la médiation humaine, surtout quand elle est faite avec autant de passion !

Malgré l’aspect un peu décousu, le public semble trouver notre idée intéressante et ludique. OUFFF !

Heureuse d’avoir eu la chance de pouvoir entendre ça : “c’était trop bien maman, j’ai combattu l’Hydre de Lerne” :) :) :)
 

Une belle conclusion

18h30 : dernière plénière. Une certaine émotion mêlée à une réjouissante agitation se laisse sentir dans la salle. Nous jetons un dernier coup d’oeil sur les vidéos reporting des autres Museomix. Même constat : c’est toujours plus fun à Toulouse ! Mais peut-être ne suis-je pas très objective ;-)

Vers 20h, fermeture au public. Nous nous retrouvons entre nous pour la dernière fois. Pas moins de 1500 visiteurs auront testé et approuvé les prototypes. C’est une fréquentation multipliée par 6 pour le Musée Saint-Raymond !  La fin de l’aventure se laisse alors sentir lorsque la conservatrice du Musée entame son discours. Émue aux larmes, elle nous confie n’avoir jamais vécue expérience humaine si riche. 

Les 42 Museomixeurs, les bénévoles et organisateurs de Museomix auront réussi à véritablement marquer l’histoire du Musée Saint-Raymond. C’est sur cette heureuse conclusion que la soirée et surtout l'APÉRO peuvent enfin commencer !

 

Un lendemain sous le signe de la nostalgie

Lundi 14 novembre, 10h30 (je me suis octroyée le luxe d’une petite grasse mat’).

Réflexe matinal, je checke mon téléphone : une dizaine de messages non lus reçus pendant le week-end. ” Alors, c’est comment ?“ “Tu t’amuses bien ?“ “Pas trop fatiguée ?“ “Remise de Museomix ?“ Petit instant de réflexion et avec un peu recul, ma réponse est la suivante : “Remise de Museomix ? Non, je pense que je ne le serai jamais ! Mais par contre, prête à recommencer rapidement. Ça, c’est une certitude !

Merci aux étudiants et à tous les bénévoles, à l’organisation hors normes de Museomix Midi-Pyrénées ! Merci à toute l'équipe du Musée Saint-Raymond qui nous aura laissés ses collections. Un grand merci à la mythologie grecque et à la légende d’Hercule ! Merci à Maximien d'avoir fait faire ces somptueux bas reliefs, point névralgique de notre Museomix ! Merci à mon équipe de l’Hydre de Saint-Raymond et à ses renforts, Pauline, Aude, Yann, Stan, Cyrille, Noémie, Antoine, Prince et merci aux autres équipes d'avoir fait palpiter si fort ce musée ! Spéciale dédicace à Cyrille pour nous avoir conté la mythologie grecque et avoir poussé le vice jusqu’à ce magnifique :

À l’année prochaine ! 

Illustration : photo bannière par @MuseomixMidipy

back to top

Science Animation

Science Animation développe et anime des lieux, des événements, des communautés et des projets pour rendre accessibles à tous les sciences, les techniques et les innovations. Elle est associée à sept autres structures culturelles, reparties sur toute la région afin de mailler le territoire, formant ensemble le "Groupe Science Animation".

Le Groupe Science Animation

  • Science en Tarn
  • Science en Aveyron
  • Pyrènes Science
  • Science en Bigorre
  • Science Animation
Science Animation
39 allée Jules Guesde
Au Quai des savoirs — 2ème étage
31000 Toulouse
Tél. 05 61 61 00 06
Contactez-nous
Un jour je serai Museomixeur... | Science Animation

Erreur

Le site Web a rencontré une erreur inattendue. Veuillez essayer de nouveau plus tard.