Aller au contenu principal

Une journée d’échange entre acteurs et professionnels de la Culture Scientifique et Technique

Ce Mardi 19 Mai nous avons rendez-vous à partir de 9h à l’Hôtel de Région de Toulouse pour la première édition du Forum Territorial de la Culture Scientifique, Technique et Industrielle.

image

Cette journée promet d’être riche en rencontres et en échanges !

Ce forum, dont l’idée centrale est « d’explorer de nouvelles pratiques », est organisé à l’initiative de la Région Midi-Pyrénées et du Pôle Territorial de Référence (PTR) « Sciences et Société en Midi-Pyrénées » en partenariat avec l’Université Fédérale de Toulouse Midi-Pyrénées et Science Animation Midi-Pyrénées.

Les objectifs de cette rencontre, qui réunit les acteurs de la Culture Scientifique, Technique et Industrielle (médiateurs, chercheurs, doctorants…), sont :

Je vous propose un retour sur cette journée, à partir de mes notes et impressions, en espérant ne pas trop en déformer les propos. Vos commentaires, précisions et rectifications sont les bienvenus dans l’espace « commentaires ».

Après un premier café, je retrouve mes collègues de Science Animation ainsi que les autres auditeurs du CNAM suivant comme moi la formation de Médiation de la culture scientifique et technique. Les participants arrivent progressivement et profitent du petit déjeuner pour se réveiller doucement.

Puis vient l’heure d’entrer dans la très formelle salle d’assemblée plénière.

Presque impressionnant non ? ;)
Presque impressionnant non ? ;)

9h30 approche, la salle se remplit progressivement, il semblerait que le coup d’envoi soit proche...

>> 9h30 : Accueil et présentation de la journée :

Pour cette première édition nous sommes accueillis par Jean Tkaczuk, Conseiller régional et Président de la commission Recherche.

Il débute son discours en abordant le changement du Conseil Régional de Midi-Pyrénées à venir en Janvier 2016 : et oui, nous allons nous marier avec la Région Languedoc Roussillon (attention interdiction ici de parler de fusion !).

Quelles conséquences va t-il y avoir pour la Culture Scientifique, Technique et Industrielle ? Un transfert de compétences aux Conseils Régionaux, sous la direction du Pôle Territorial de Référence « Sciences et Société en Midi-Pyrénées ». Jean Tkaczuk souligne alors l’importance du Pôle Territorial de Références dans la préparation du futur, qui passe par la science participative, c’est-à-dire faire entrer les citoyens dans la démarche scientifique.

Suite à cette première intervention, Marie-France Barthet, Présidente de l’Université Fédérale Toulouse Midi-Pyrénées, prend la parole pour souligner la place prépondérante de la Région Midi-Pyrénées sur la scène scientifique.

En effet, insiste-t-elle, il ne faut pas croire que c’est partout pareil, notre région se démarque par une forte vitalité et une mobilisation massive dans le domaine des sciences !

Elle évoque ensuite la grande évolution des Universités qui sont maintenant réunies en Fédérations avec les Écoles d’ingénieurs et les Centres de Recherche. Cela permet de favoriser le travail collectif de valorisation effectué autour de la Recherche, de l’Enseignement Supérieur et de la Culture Scientifique et Technique.

Elle conclue par une présentation du nouveau magazine Exploreur, sur lequel je reviendrai plus loin car il a été de nouveau évoqué en fin de matinée.

Pour clôturer cette session d’accueil, la parole est ensuite à notre directeur, Johan Langot, également Secrétaire Général du Pôle Territorial de Référence  « Science et Société en Midi-Pyrénées ». En charge de l’animation de ce forum, il nous en présente brièvement le programme et souligne l’aspect participatif de cette journée, avec beaucoup de temps dédié au partage et à la discussion.

>> 10h : Première table ronde : « Faire découvrir et apprendre à l’ère du numérique, une révolution de la médiation ».

Les intervenants de cette première table ronde sont Patrick Mpondo Dicka, Maître de conférences au LERASS-CPST UT2J sur les usages audiovisuels et numériques, Claire Burgain, Directrice éditoriale adjointe de l’agence SapienSapiens (agence de production multimédia), et Malvina Artheau, Coordinatrice du pôle numérique de Science Animation.

Cette discussion est modérée par Clément Varenne, responsable formation et médiation scientifique de l’École des docteurs de l’Université Fédérale Toulouse Midi-Pyrénées.
Plutôt que de retranscrire le détail de cette table ronde, j’ai choisi de vous faire part des idées principales qui sont ressorties de cette discussion... En espérant en avoir saisi l’essentiel ! :)

L’arrivée du numérique a engendré une véritable révolution dans notre société, et son omniprésence appelle à une révision de nos manières d’apprendre, dans la mesure où le public est beaucoup plus informé qu’avant.

La profusion d’informations disponibles a changé le rapport du public à la connaissance, qui se l’approprie de manière dynamique. Les intervenants ont également insisté sur l’importance de prendre en compte l’hétérogénéité du public qui se trouve renforcée par les différences d’accès au numérique.

Il a également été suggéré qu’une formation du public aux usages des outils numériques et aux méthodes de tri des informations serait nécessaire. Enfin, il ne faut pas oublier que nous avons peu de recul sur cette technologie, les retours des différents acteurs sont donc cruciaux !

On poursuit cette table ronde avec la présentation par Malvina Artheau de la plateforme collaborative Makerscience, un outil dédié à tous ceux qui s’emploient à mettre la science, la technique et l’innovation à portée de tous. Ce site, mis en place dans le cadre du projet Inmédiats, permet d’identifier les acteurs locaux dont on pourrait avoir besoin pour co-construire des projets de culture scientifique et technique. 

Ne manquez pas le lancement officiel de cet outil qui devrait avoir lieu en septembre !

>> 11h : Deuxième table ronde : « Comment appréhender le public des expositions ? »

Sans transition, nous enchaînons sur la 2e table ronde, en présence de Virginio Gaudenzi, Directeur adjoint du Muséum d’Histoire Naturelle de Toulouse, Pierre Vincenti, autoentrepreneur de Cultur(E)val (entreprise d’analyse d’évènements, dispositifs et expositions), Julie Renard, Docteur en Sciences de l’information et de la communication au LERASS, et Jean-Marie Bodt, Docteur au LERASS et responsable du projet « Étude des publics » du Master Art&Com. Le tout était animé par Muriel Lefebvre, Maître de Conférence au LERASS et à l’Université Toulouse 1- Capitole.

Comme le souligne Virginio Gaudenzi, une bonne connaissance du public est essentielle.

Or la catégorisation en ‟groupe” ou ‟individuel” se révèle souvent fausse, puisque le public visite généralement en ‟grappe”, c’est-à-dire en famille ou avec des amis.

Cette analyse est approuvée par Pierre Vincenti, qui ajoute que les visiteurs en grappe s’approprient d’avantage les contenus puisqu’ils passent plus de temps à échanger devant les dispositifs.

Ces approches complémentaires permettent de valider les résultats et de mettre en perspective les observations.

En effet, Julie Renard renchérit avec une anecdote concernant cette petite fille qui n’approchait aucune des bornes de l’exposition « Bébés animaux ». On aurait pu croire à tort qu’elle n’éprouvait aucun intérêt pour ce type de dispositif, alors qu’une interview a permis de révéler qu’en réalité elle avait peur du monde présent autour des bornes.

Attention donc aux interprétations trop hâtives des comportements ! 

Il n’existe pas une méthodologie “magique” pour évaluer les publics, chaque opération de culture scientifique et technique est différente. La méthode choisie devra donc s’adapter à ses caractéristiques.

Enfin, il est encore difficile de déterminer les retombées à long terme d’une exposition. La visite a-t-elle suscité un intérêt suffisant pour initier une orientation vers les filières scientifiques ?

Et pour terminer, un mot d’ordre : Publiez vos résultats d’évaluation, à la fois quantitatifs et qualitatifs, afin d’enrichir les échanges sur les techniques d’évaluation !

>> 13h : Intervention d’un grand témoin : Anne Cambon-Thomsen

Aujourd’hui notre grand témoin est Anne Cambon-Thomsen, Directrice de recherche émérite au CNRS et porteuse du projet « ESOF 2018 : Toulouse, Cité Européenne de la Science ».

Elle commence par résumer en deux mots les discussions de la matinée : la combinaison de la définition des objectifs, de la méthodologie (2e table ronde) et du choix des outils (1ère table ronde) est essentielle pour la bonne transmission des savoirs et l’avenir de la diffusion de la culture scientifique et technique.

Ayant déjà évoqué le contenu des tables rondes plus haut, je ne m’attarderais pas d’avantage sur ce récapitulatif, pour enchainer sur cette info majeure : Toulouse sera Cité Européenne de la Science en 2018 !

Avec pour slogan « Partager la science : vers de nouveaux horizons », Toulouse accueillera le plus grand forum scientifique inter-disciplinaire d’Europe : ESOF (Euroscience Open Forum), du 9 au 14 Juillet 2018 ... Save the date ! 

image

C’est en grande partie grâce aux efforts déployés par Anne Cambon-Thomsen, en partenariat avec l’Université Fédérale Toulouse Midi-Pyrénées, que la candidature de Toulouse a été retenue pour cet évènement qui aura lieu pour la première fois en France en 2018.

Les objectifs de ce forum biennal, créé par Euroscience en 2004, sont :

A noter que pour l’organisation de cet évènement majeur, une boîte à idée est disponible ici , On compte sur vous ! :)

Trop peu de Français connaissent l’ESOF, c’est pourquoi Anne Cambon-Thomsen insiste sur l’importance de notre présence à la prochaine édition qui aura lieu à Manchester du 22 au 27 Juillet 2016.

A retenir : ESOF ça n’est pas seulement une semaine dans l’année, mais toute une série d’évènements et d’animations en 2017 et 2018, qui seront alors labellisés « Cité Européenne de la Science », il faut donc nous mobiliser dès maintenant ! 

Leitmotiv d’Anne Cambon-Thomsen : aucun toulousain ne doit ignorer qu’en Juillet 2018 Toulouse sera Ville Européenne de la Science... Alors faites tourner l’information ! :)

>> 13h45 : Présentation d’Exploreur, le nouveau magazine de l’Université Fédérale Toulouse Midi-Pyrénées.

Marie-France Barthet, plus tôt dans la matinée, puis Catherine Gadon, Directrice du Service de diffusion Culture des Sciences et Techniques, et Jean-François Haït, rédacteur en chef, nous ont fait l’article de ce nouveau magazine qui remplace celui de l’Université. Exploreur a pour vocation de traiter de sujets de fond concernant la recherche dans toutes les sciences, et de relayer les informations concernant la culture scientifique

Tiré à 4 numéros par an, dont 1 en anglais, les actualités seront quant à elles diffusées sur leur site internet, avec une rubrique pour vos suggestions (c’est par ici).

Non institutionnel, il s’adresse à la communauté scientifique, aux lycéens, aux acteurs de la CST ainsi qu’au monde de l’économie et de la politique, en tant qu’indicateur du dynamisme régional en matière de recherche et d’innovation.

Pour conclure cette matinée, nous avons pu découvrir en exclusivité le premier numéro d’Exploreur, dont je vous recommande la lecture !

image

Nous voici à la mi-journée de ce forum dédié à la Culture Scientifique et Technique. Pierre Vincenti, intervenant à la seconde table ronde de la journée, nous fait partager la Dataviz de cette matinée : 

Après un bon repas, (où les toasts au foie gras ont été particulièrement appréciés ;)) nous partons à la découverte des 12 projets de médiation culturelle et scientifique présentés au forum des initiatives.

>> 14h-16h : Le forum des initiatives

Commençons par un petit road trip avec le Camion Gaston, une initiative portée par les Petits débrouillards, en collaboration avec France télévision et l’émission “C’est pas Sorcier”.

Dans le cadre du projet pédagogique Science Tour, Gaston le fourgon nous emmène sur les routes de notre région, et diffuse son slogan « Faites la science pas la guerre » auprès des scolaires et du grand public sur des thèmes aussi variés que le climat, la lumière, Abris et Construction…

image

Si vous voulez rencontrer Gaston le camion, sachez qu’il il est actuellement à Beaumont de Lomagne, dans la Maison de Fermat, du 9 au 19 juin 2015 :) !

En continuant ma tournée des stands, j’ai été interpellée par le stand de Connexa Viva, un projet à l’interface des sciences et des arts. 

image

Golnaz Behrouznia, artiste plasticienne à l’origine de ce projet, m’explique le concept : des sculptures aux volumes de forme ovoïdale faites en résine, équipées de capteurs électromagnétiques et capables de détecter le toucher d’une main à la surface de la résine.

Ce contact entraine le « réveil » d’une créature virtuelle (entre créature marine, mythe et chimère) qui va alors interagir avec les autres créatures également activées par les mains des autres visiteurs. Celles-ci vont alors évoluer en fonction de leurs interactions les unes avec les autres, en suivant les évolutions biologiques du vivant.

Ce projet original en est au stade de prototype et Science Animation accompagne actuellement l’artiste dans sa recherche de financements. Affaire à suivre ;). 

Continuant mon petit tour, j’ai réussi à intégrer la foule dense regroupée autour de cette impressionnante reproduction de satellite (échelle au cinquième à vue de nez). Je découvre alors “EDUCSAT”, un projet proposé par l’association Planète Sciences dans le cadre de son atelier pédagogique “Construis ton satellite”. 

Face à un public intrigué, Eric Couffin, directeur de l’association, reprend patiemment sa énième démonstration qui repose sur une maquette fonctionnelle de satellite pédagogique démontable en plusieurs modules (télécommunications, alimentation énergétique, guidage…).

image

Cette initiative s’adresse essentiellement aux lycéens qui, à travers l’assemblage des différents éléments de chaque module vont être amenés à réfléchir aux problématiques d’environnement spatial ou de contraintes thermiques tout en abordant des notions de physique, d’électronique, etc.

Je vous confirme son efficacité pédagogique, en une quinzaine de minutes d’explications j’ai compris plein de choses sur le fonctionnement d’un satellite ! Voilà une approche innovante qui mérite d’être relayée !

Soudain, quelque chose m’interpelle... Mais d’où proviennent ces petits rires que j’entends ? Sans doute de cet attroupement à côté de moi... Je m’approche, me fraye un chemin parmi la foule, me hisse sur la pointe des pieds...

Oh, coucou Poppy !! :)

image

Je me retrouve face au stand de “Marionnettes électriques”, le projet porté par Thomas Peyrusse, Ingénieur roboticien de formation et comédien. Il présente un spectacle vivant mettant en scène notre petit être humanoïde Poppy, avec qui nous avons vécu bien des aventures (et ce n’est pas fini ;-) ). Une petite remise en mémoire de notre rencontre ici...

Ce spectacle aux allures de numéro de clown invite le spectateur à se questionner sur les différentes questions éthiques concernant la robotique.

Un projet original à suivre de près !

image

Je termine ma visite de cette première salle en découvrant le projet RADIS (Relais d’Animation de Découvertes, d’Interactions avec les Sciences) issu de la coopérative d’accompagnement de projets créatifs Smart. Cette initiative vise à intégrer les jeunes dans le programme de biodiversité des sciences participatives par le biais de leur radio, et ce en vue de la Conférence “Paris Climat 2015″.

image

Direction à présent le sous-sol où je tombe sur Louis Chavant, président de l’association mycologique de Toulouse qui me présente son projet : un jeu de société destiné à découvrir le monde des champignons : leur biologie, leur rôle dans la nature et leur intérêt pour l’homme.

image

111 cartes à jouer, 28 leçons et un tapis de jeu pour découvrir le monde des champignons.

Juste à côté, l’école d’ingénieurs CESI présente le projet “Industriarium” qui a pour objectif de promouvoir les métiers scientifiques et techniques dans les industries au travers de courts films diffusés auprès des publics jeunes. Ces documentaires mettent en scène des apprentis ingénieurs en entreprise.

image

On poursuit avec le projet Léonardo qui est un concours s’adressant aux classes de 3ème cycle. Sous la forme d’une session créative, les élèves sont encouragés à imaginer un objet répondant à une problématique posée. Ils doivent ainsi mobiliser leurs capacités créatives et techniques pour que le résultat final soit à la fois faisable et innovant. L’objet est ensuite réalisé par un jury, puis offert à l’enfant et testé sur le terrain.

image

Cette initiative est portée par le G.E.R.A.H.L (Groupe d’Études et de Recherches Archéologiques et Historiques du Lautrecois) et le Comité Départemental d’Archéologie du Tarn. Il se déroulera le 20 juin à l’occasion des Journées Nationales de l’Archéologie (19, 20 et 21 juin) dans le village historique de Lautrec.

Découvrez le programme des animations par ici !

Oups, il ne me reste plus que 10 minutes avant la reprise de la session plénière... Hop hop hop, j’accélère le pas ! C’est là que je rencontre Philippe Arguel, directeur de l’association LuMiPy, qui m’explique en quelques mots le concept original de son projet :

Il s’agit de faire appréhender des phénomènes optiques de notre quotidien à des élèves qui vont rechercher des vignettes représentant ces phénomènes dans des BD. 

image

Les vignettes sélectionnées par les élèves seront ensuite présentées sous forme d’une exposition dans le cadre du festival Scientilivre proposé par l’association Délires d’encre .

Cet évènement dédié à la culture scientifique œuvre pour faire découvrir les sciences à travers la littérature, il aura lieu les 17 et 18 Octobre 2015, avant de partir en itinérance dans la région.

Pour terminer ce rapide tour d’horizon des différentes initiatives présentées, je retrouve Solange et Olivier, “les Batisseurs de jardin”. Cette entreprise de création de jardins ouvrira ses portes au public les 9, 10 et 11 juillet à l’occasion de la Fête de la Science 2015. Ils prévoient notamment une visite de leurs jardins de type médiéval suivie de démonstrations de techniques anciennes de jardinage.

image

Ils seront accompagnés de Clémence Millet alias “Miss Bouillon”, productrice d’huiles essentielles et d'eaux florales. Celle-ci effectuera en direct des démonstrations de distillation des plantes du jardin en huiles essentielles.

Il est 16h15, c’est sur cette note poétique et parfumée que je remonte rapidement rejoindre les autres participants dans la salle plénière pour la dernière table ronde sur le crowdfunding.

Fin de journée oblige, la fatigue commence à se faire sentir, je m’excuse donc par avance si mes notes concernant cette dernière partie manquent un peu de pertinence…

>> 16h : Troisième Table ronde « Nouvelles formes de financement : le crowdfunding »

De retour dans cette grande salle, je suis tout ouïe pour découvrir cette nouvelle approche permettant de collecter des fonds dans ce contexte de réduction généralisée des moyens…

Clémentine Brandeis, du Centre de Préhistoire du Pech Merle à Cabrerets n’ayant malheureusement pas pu se joindre à nous, cette table ronde est animée par Thérèse Lemarchand, co-fondatrice de Culture Time (agence spécialisée dans le financement participatif et le mécénat culturel), et François Gurtler, Responsable du Développement au Muséum d’Histoire Naturelle de Toulouse.

Tout d’abord, une petite définition de ce mot barbare qu’est le crowdfunding : il s’agit de financement participatif, ou financement par la foule.

Selon François Gurtler, le succès d’une campagne de crowdfunding repose sur trois conditions :

En effet, il insiste particulièrement sur l’établissement d’une relation durable avec le donateur, basée sur un échange équitable.

Cet argument est soutenu par les chiffres que nous fournit Thérèse Lemarchand : les motivations des donateurs pour un projet reposent essentiellement sur la cohérence des valeurs (92%) et sur les relations avec le porteur de projet (87%).

Une levée de fond qui peut se faire grâce au site de l’agence Culture Time. Thérèse Lemarchand nous expose la stratégie des 3 cercles : d’abord contacter nos amis et nos relations proches (1er cercle), afin qu’ils relaient l’information auprès de leurs relations (2e cercle), ce qui aboutira ensuite à une diffusion encore plus large, notamment sur les réseaux sociaux, etc… (3e cercle). Elle précise que les donateurs sont essentiellement des entreprises, qui ont un attachement territorial très fort (70%). 

Enfin, n’oubliez pas de prévoir une contrepartie afin de valoriser l’acte de dons !

Cette table ronde s’est achevée sur un appel à participation lancé par François Gurtler : Mi-septembre sera entamée la période de collecte de fonds pour l’enrichissement du patrimoine des collections du Muséum d’Histoire Naturelle, alors à vos porte-monnaie, ou à vos mails, pour relayer l’info en masse !

>> 17h : Clôture du forum

Johan Langot prend la parole pour conclure, dans l'approbation générale, sur la réussite de cette journée et la nécessité de renouveler l’expérience !

Alors rendez-vous l’année prochaine !

Pour ma part, un seul petit bémol, j’ai regretté que nous n’ayons pas de badge, il me semble que la difficulté à identifier les interlocuteurs potentiels a pu constituer un frein aux prises de contact. A noter donc pour l’an prochain. ;)

Et pour ceux qui ont eu le courage de me suivre jusqu’au bout, je conclurais par ces quelques mots : une journée très riche, pleine de surprises et d’échanges, à ne rater sous aucun prétexte l’année prochaine !

Claire Sanchez / Chargée de mission médiation.

back to top

Science Animation

Science Animation développe et anime des lieux, des événements, des communautés et des projets pour rendre accessibles à tous les sciences, les techniques et les innovations. Elle est associée à sept autres structures culturelles, reparties sur toute la région afin de mailler le territoire, formant ensemble le "Groupe Science Animation".

Le Groupe Science Animation

  • Science en Tarn
  • Science en Aveyron
  • Pyrènes Science
  • Science en Bigorre
  • Science Animation
Science Animation
39 allée Jules Guesde
Au Quai des savoirs — 2ème étage
31000 Toulouse
Tél. 05 61 61 00 06
Contactez-nous
Une journée d’échange entre acteurs et professionnels de la Culture Scientifique et Technique | Science Animation

Erreur

Le site Web a rencontré une erreur inattendue. Veuillez essayer de nouveau plus tard.